Navigation : kremlin

La Russie est en voie de réussir à imposer un régime de censure numérique particulièrement efficace à des milliers de fournisseurs d’accès internet privés, dans le cadre d’une démarche pour faciliter l’espionnage gouvernemental, selon une étude publiée mercredi.

Les trois journalistes russes se sont aventurés en République centraficaine, un pays violent et en proie aux attaques de bandes rebelles, dans le cadre d’une enquête audacieuse sur l’utilisation de mercenaires, par le Kremlin, pour étendre son influence en Afrique, en Syrie et dans d’autres territoires. Trois jours plus tard, ils étaient morts, supposément abattus par des voleurs sur une route empruntée par bien d’autres voyageurs sans problème.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a prédit que la Russie allait répliquer contre les pays ayant agi de concert avec le Royaume-Uni dans la foulée de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, laissant entendre que Moscou pourrait interférer dans l’alimentation énergétique, ou déstabiliser le quotidien des diplomates européens et de leur famille en poste à Moscou.

Le pays n’existe pas, pas plus qu’il ne possède de véritable armée ou de vrais citoyens, bien qu’il dispose de nombreux patriotes en ligne. Depuis jeudi, toutefois, cet état fictif, Veishnoriya, un concentré des pires craintes du Kremlin à propos de l’Ouest, est devenu la cible de la puissance militaire russe et de celle de son allié biélorusse.

Donald Trump a défendu mercredi sur Twitter la probité de son fils aîné Donald Trump Jr, qui a reconnu avoir accepté de rencontrer une femme présentée comme une avocate du gouvernement russe susceptible d’avoir des informations pouvant nuire à la démocrate Hillary Clinton lors de la campagne électorale 2016. 

L’ironie est savoureuse: après avoir martelé pendant des semaines, voire des mois, que la candidate démocrate défaite à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, ne méritait pas d’entrer à la Maison-Blanche, voilà que l’actuel locataire des lieux, Donald Trump, se retrouve dans une eau non plus chaude, mais bouillante, justement en raison d’échanges de messages impliquant son fils, Donald Trump Jr.