Navigation : investissements

Si vous avez l’impression d’avoir manqué certaines des tuiles qui sont récemment tombées sur la tête des géants du pétrole, il y a de quoi: à moins de 12 heures d’intervalle, mercredi, trois de ces compagnies ont reçu de trois endroits différents, des revers qui ont un caractère historique.

L’année 2021 sera-t-elle celle de l’Afrique et de la Chine? Après un ralentissement en 2020, en raison des impacts économiques, sociétaux et médicaux de la COVID-19, cette année devrait marquer la relance de la collaboration économique – mais aussi en bonne partie politique – entre le continent africain et la Chine, indique un récent rapport du magazine The Economist.

Il aura fallu une explosion catastrophique, des milliers de blessés et près de 200 morts pour que le régime politique libanais, déjà largement sclérosé et affaibli par sa propre corruption et incompétence, mais aussi par d’importantes contestations et une grave crise économique, finisse par s’effondrer. Les Nations unies joignent ainsi leur voix à celles de divers acteurs politiques pour exiger rien de moins qu’un changement de paradigme majeur au pays des cèdres.

La banque JP Morgan Chase, l’une des plus grosses institutions financières du monde et l’un des plus gros investisseurs mondiaux dans les carburants fossiles, prévient discrètement ses clients des risques croissants que représentent les carburants fossiles pour l’équilibre de la planète et le futur de l’humanité. 

Limiter le réchauffement planétaire sous les 2 degrés Celsius nécessite une économie mondiale sans émissions carbone d’ici 2050 au plus tard, et donc une transformation en profondeur des méthodes de production d’énergie et d’utilisation des sols à l’échelle mondiale. Une équipe interdisciplinaire a exploré certains mécanismes qui pourraient déclencher cette grande transition vers une économie verte et vidée de ses émissions de GES… avant qu’il ne soit trop tard.

En Afrique, la Chine est devenue depuis des années une puissance sur laquelle il faut compter, et ça commence à se mesurer en science: lors du 3e Sommet sur la coopération Chine-Afrique tenu à Beijing le mois dernier, le président chinois a promis des investissements de 50 milliards de dollars en subventions et en prêts pour des projets d’infrastructures, mais aussi pour des programmes médicaux et des initiatives d’énergies vertes. Les compagnies privées chinoises sont censées ajouter 10 autres milliards.