Navigation : gop

Les électeurs américains ont rendez-vous dans l’isoloir, mardi, pour donner leur avis sur quantité de propositions politiques soumises aux voix, mais surtout pour renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et le tiers des 100 sénateurs du Congrès. Le résultat du scrutin pourrait bien provoquer un important chambardement politique à Washington.

Donald Trump, qui ne cesse dire que les élections américaines sont « truquées », a demandé à ses électeurs, jusqu’ici sans grand succès, de se porter scrutateurs bénévoles dans un certain nombre d’États et notamment en Pennsylvanie, État clé pour le Parti républicain à la traîne dans les sondages.

Donald Trump a jugé mercredi que le président russe Vladimir Poutine faisait un meilleur chef d’État que Barack Obama, tentant de s’imposer dans un forum télévisé face à Hillary Clinton comme le mieux à même de réaffirmer la puissance américaine.

Le cas trouble monte sur la tribune, les membres de la famille républicaine défilent un à un pour exprimer leur désespoir et à la manière de l’animateur Jerry Springer les grands médias essaient d’y trouver du sens. Devant le manège à sensations, Serge Halimi du Monde diplomatique s’est rendu à la réunion annuelle du comité exécutif du Parti républicain de l’Alabama le 27 février.