Navigation : glace

C’est la possibilité que de grandes quantités d’eau puissent demeurer longtemps à l’état liquide, qui a donné lieu à de multiples faux espoirs, depuis des décennies.

La hausse mondiale du niveau des océans associée au possible effondrement de la calotte glaciaire Ouest-Antarctique a été très largement sous-estimée dans le cadre de précédentes études, ce qui signifie que les océans, dans un monde plus chaud, atteindront des hauteurs plus importantes que prévu, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université Harvard.

La situation frappe l’imaginaire: en France, des viniculteurs alimentent avec diligence des milliers de petits feux installés parmi les vignes, afin d’éviter le gel des raisins. Mais le combat est perdu, affirment des chercheurs: une période de chaleur plus importante qu’à l’habitude, à la fin de mars, a été suivie par plusieurs journées de froid intense, ce qui a provoqué des pertes supérieures de 90% à la normale. Au dire de scientifiques de l’Université de l’Arctique, en Norvège, ainsi que de l’Université d’Oulu, en Finlande, la lutte des producteurs français témoigne de la complexité et de l’imprévisibilité des changements climatiques.

À l’été 2009, un navire allemand était devenu le premier navire commercial à emprunter la route russe de l’Arctique, entre l’Asie et l’Europe. Ce mois-ci, un navire commercial opérant pour une compagnie russe est devenu le premier à emprunter cette route… en hiver.

Pendant que la pandémie continue de battre des records, un autre type de record vient se rappeler à notre bon souvenir: la surface de glace qui recouvre l’océan Arctique était à la fin d’octobre à son plus bas niveau pour un début d’automne, depuis que de telles mesures sont prises.

Le 19 août, les scientifiques à bord du brise-glace allemand Polarstern ont atteint le pôle Nord en un temps record. Il n’y a pas si longtemps, ils auraient dû traverser une région couverte d’une glace dense, vieille de plusieurs années. En son absence, il leur a fallu seulement six jours pour relier le détroit de Fram, au nord du Groenland, au pôle Nord.