Navigation : équateur

Hong Kong, Chili, Équateur, Algérie, Liban, Haïti… la planète se révolte, et l’état de la colère publique inquiète les Nations unies, qui affirment que si chaque série de manifestations est unique, un thème central ressort: celui des inégalités entre les gouvernés et la classe des gouvernants.

Tel un western, la tête du cyberpirate australien Julian Assange qui a frondé la puissance mondiale en révélant des secrets d’État sur son site Wikileaks a été mise à prix, sous la forme d’un prêt de 10,2 milliards d’euros des États-Unis à l’Équateur, rapporte le Monde diplomatique du mois de mai.

Malgré le refus de réformer le mode de scrutin et l’inaction pour mettre un terme à l’évasion fiscale, le «plus meilleur pays au monde» de l’ex-premier ministre canadien Jean Chrétien arrive au 9e rang du classement annuel de Transparency international. Mesurant la démocratie des États, la coalition globale contre la corruption démontre que le Canada dépasse l’Allemagne, devance l’Islande et que les États-Unis ont passé un tour.

À l’exception de la Bolivie et de l’Uruguay, les principaux gouvernements sud-américains et la communauté internationale, voire les États-Unis et leurs alliés, ont soutenu au Venezuela le 23 janvier le président autoproclamé de droite, Juan Guaidó contre le président Nicolas Maduro de gauche. À l’écoute du refrain de la guerre froide, le sociologue et analyste politique chilien Raúl Sohr appelle à ne pas être paternaliste envers ce peuple en état de crise.

Très connu en Amérique du Sud et en Europe, le dessinateur équatorien Alberto Montt revient sur ses anecdotes de jeunesse dans Roucou, son premier roman graphique paru en 2014. Récemment traduite dans la langue de Molière, l’oeuvre est rééditée depuis peu par les Éditions Ça et Là.

À la différence du multiculturalisme, le plurinationalisme prétend dépasser l’assignation des Autochtones à un statut de minorité qu’il convient d’intégrer dans une société majoritaire, lit-on dans le Monde diplomatique de juillet. Le Pérou va-t-il rejoindre la Bolivie et l’Équateur qui se définissent comme des États plurinationaux ?

À partir du début des années 1990, il y a eu une augmentation des familles monoparentales aux États-Unis et au Canada. Une étude de la Banque Interaméricaine de Développement ( BID) note une tendance similaire au Brésil et en Équateur, rapporte El Pais le 28 octobre.