Navigation : consommation d’alcool

Pour certains, chaque lendemain de congé, en particulier au temps des Fêtes, comporte le risque de se réveiller avec un mal de tête, la nausée et une fatigue extrême, résultats d’une soirée trop bien arrosée. Pourquoi a-t-on la gueule de bois ? Y a-t-il des cures miracles ? Peut-on prévenir? Le Détecteur de rumeurs fait le tour de la question.

Le cliché du Russe buvant à en perdre la tête (et bien souvent, la vie) semble avoir du plomb dans l’aile. Selon de nouvelles données publiées par l’Organisation mondiale de la santé, la consommation d’alcool a ainsi chuté de 43% de 2003 à 2016.

À la fin du mois d’août, une recherche faisait le tour du monde avec des manchettes on ne peut plus éloquentes: un seul verre d’alcool par jour, c’est déjà dangereux pour la santé. Si les chercheurs ont effectivement écrit « Le niveau de consommation qui minimise les pertes de santé est de zéro », le Détecteur de rumeurs a constaté qu’en fait, leur propre recherche ne dit pas tout à fait ça.

Depuis quelques années, les défis « un mois sans alcool » gagnent en popularité. Les raisons invoquées par les participants sont multiples: réfléchir à sa consommation, perdre des kilos, avoir plus d’énergie, donner une pause à son foie, mieux dormir, économiser de l’argent, se sentir mieux et soutenir une cause. Mais que dit la science des bienfaits pour la santé?