Navigation : climat

Aucune étude scientifique n’a annoncé la disparition de l’espèce humaine à cause du réchauffement climatique. Mais en plus des coûts financiers entraînés par la perte de biodiversité, les feux de forêt ou les événements météorologiques extrêmes, il y aura inévitablement des pertes de vie.

Il faut se rappeler que lorsqu’on parle d’une augmentation de la température moyenne de notre planète de 1,5 degré depuis l’époque industrielle, au Groenland en revanche, l’augmentation est plutôt de 3 degrés.

Le directeur de l’information de Radio France juge que la COVID a joué un rôle d’accélérateur: la pandémie « a injecté de la science dans nos rédactions, un appétit, une nécessité et mis le doigt sur nos faiblesses. »

Agir de la sorte, en taxant le CO2 plutôt qu’en utilisant un système de droits d’émission, est non seulement plus efficace sur le plan environnemental, écrivent les chercheurs, mais s’avère aussi être la méthode la plus efficace pour partager le fardeau de la lutte contre les changements climatiques.

D’autres experts de l’atmosphère ont émis l’hypothèse — ce qui a été confirmé dans une recherche parue en mars dernier — que la couche d’ozone était suffisamment sensible pour que la fréquence accrue d’incendies puisse ralentir ce retour à la normale.