Navigation : changements climatiques

À peine la note de passage: voilà ce que se mérite le Québec en matière de protection de l’environnement et de performance éco-énergétique dans le plus récent bilan du genre dressé par le Conference Board of Canada. Le document, publié à la veille du Jour de la Terre, accorde la note « C » à la province.

Ce vendredi 22 avril, Jour de la Terre, sera la première journée où les nations pourront officiellement signer l’accord de Paris, intervenu à la fin de la conférence sur le climat de décembre. Et si la tendance se maintient, avec 130 pays signataires, ce sera la plus grosse cérémonie de ce genre de l’histoire des Nations Unies.

Les médias ont fait grand cas la semaine dernière d’une étude annonçant une hausse des océans de plus d’un mètre si la fonte de l’Antarctique s’accélère. Mais la véritable inquiétude est ailleurs: la fonte de l’Antarctique pourrait être bientôt impossible à arrêter.

Dans la série « pas encore un autre record », l’atmosphère aurait aujourd’hui atteint un niveau de CO2 inégalé depuis 56 millions d’années. Et nous y sommes arrivés dangereusement vite, par rapport à la dernière fois.

Le réchauffement climatique pourrait provoquer plus de 500 000 morts supplémentaires en 2050 dans le monde du fait des changements d’alimentation et de poids des populations, entraînés par la baisse de la productivité agricole, indique une étude parue jeudi.

Des glaciers qui vivent une fonte accélérée cet été; un Pôle Nord qui atteint des températures avoisinant zéro en plein hiver; et une vague de recherches dans le Pacifique. Ce sont trois des impacts immédiats d’El Niño, alors que le phénomène a probablement atteint son sommet à la mi-janvier.

Alors qu’au Sud certains se questionnent encore sur son ampleur, au Nord, le réchauffement s’accélère. Il fait plus chaud que jamais dans l’Arctique: septembre 2015 battait par exemple septembre 2014 de 1,3 degré C. Cela inquiète d’autant plus qu’on apprenait récemment que le glacier géant de Zachariae Isstrøm, dans le nord-est du Groenland, fond en accéléré depuis 2012.

Vous croyez que 2015 était une année étrange, côté météo ? Attachez-vous, 2016 pourrait être pire. Au moment d’écrire ces lignes, la chose n’est pas encore officiellement confirmée, mais 2015 aura probablement battu le record de l’année la plus chaude depuis que de telles données sont récoltées. Dix des douze mois ont vraisemblablement battu les records de leurs mois respectifs depuis le XIXe siècle.