Navigation : benedict cumberbatch

On a fait grand cas, avec raison, des espions impliqués dans le contexte de la Guerre froide, qu’ils soient liés à l’Occident ou à l’URSS, ou encore à leurs alliés respectifs. On a moins parlé des civils, ceux qui ont accepté de servir de « mules » pour transporter des informations secrètes, et qui se sont parfois retrouvés coincés dans l’engrenage. Voilà qui est chose faite, avec The Courier.

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir le magistral drame de guerre de Sam Mendes, 1917 doit être l’un des rares films dont la sortie en 4K, Blu-ray et DVD n’a pas été annulée cette semaine.

Lancer un film de Noël en février peut sembler un drôle de choix, mais s’il reste encore un peu d’esprit des Fêtes dans votre cœur, The Grinch, la plus récente adaptation cinématographique du classique de Dr. Seuss, est disponible cette semaine en Blu-ray, DVD et vidéo sur demande.

Sans nécessairement se défaire des tics habituels des films portant sur les origines d’un superhéros tout comme de ceux précis à la recette Disney Marvel, disons que Doctor Strange est possiblement la meilleure chose qui pouvait arriver au besoin de renouveau du Marvel Cinematic Universe, suite à l’avenir incertain des Avengers tels qu’on les connaît aujourd’hui.

Les amateurs de Sherlock ont dû patienter un bon moment avant de connaître la suite des aventures de leur détective préféré, mais l’attente en valait la peine, puisque la quatrième saison de cette série télévisée de la BBC s’avère aussi jouissive que les précédentes.

Et de quatre! La quatrième saison des aventures du détective le plus intelligent du monde prenait fin dimanche soir dans une floraison de révélations tordues et de déductions sensationnelles effectuées à la vitesse de l’éclair. Et après quatre saisons bien remplies, force est d’admettre que la série semble vouloir prendre fin sans s’être préalablement « peinturée dans un coin ».

Au quatorzième opus de la supra-populaire franchise appelée communément MCU pour les intimes et le Marvel Cinematic Universe pour les autres, il est de mise de demander si cette dernière a encore la capacité de se renouveler alors qu’on questionnait précédemment le sentiment de recette éprouvée qui en ressortait. En essayant de tâter de nouveaux territoires, sans crier eurêka trop vite, on peut tout de même avouer qu’il y a encore du potentiel à y déceler.

Farandoles de mauvaises décisions, autant dans l’avancement du récit qu’au niveau de la réalisation, on a alors l’embarras du choix pour décrire ce qui ne fonctionne pas dans ce nouvel opus de la relance de Star Trek pourtant si bien avancée par J.J. Abrams, relégué ici au plan de producteur, trop occupé à se faire sa propre guerre des étoiles.