Un océan de 300 mètres de profondeur sur Titan

0

Bien en dessous de la couche nuageuse et gazeuse de la plus grande lune de Saturne, Titan, on trouve Kraken Mare, un océan de méthane liquide. Des astronomes de l’Université Cornell ont estimé que cette mer serait profonde d’au moins 300 mètres près de son centre, soit suffisamment d’espace pour qu’on potentiel sous-marin d’exploration s’y aventure.

Après avoir analysé les données de l’un des derniers passages au-dessus de Titan de la mission Cassini, les chercheurs ont détaillé leurs conclusions dans le magazine spécialisé Journal of Geophysical Research.

« La profondeur et la composition de chaque océan de Titan ont déjà été mesurées, à l’exception de celles de la plus vaste mer de Titan, qui n’a pas seulement un nom intéressant, mais contient aussi 80% des liquides se trouvant à la surface de la lune », affirme le principal auteur des travaux Valerio Poggiali, chercheur associé au Cornell Center for Astrophysics and Planetary Science (CCAPS).

À plus d’un milliard de kilomètres de la Terre, Titan, une lune congelée, est entourée d’une couche nuageuse formée d’azote gazeux. Mais à travers les nuages, la surface ressemble un peu à celle de notre planète, avec des rivières, des lacs et des océans de méthane liquide, selon la NASA.

Les données liées à cette découverte proviennent du passage de Cassini au-dessus de Titan le 21 avril 2014. Le radar de l’engin spatial a examiné Ligeia Mare, un océan plus petit dans la région du pôle Nord de la lune, pour tenter de découvrir ce qui est surnommé « l’île magique », qui disparaît et réapparaît.

En circulant à près de 20 000 km/h à un peu moins de 1000 km au-dessus de la surface de Titan, Cassini a utilisé son altimètre radar pour mesurer la profondeur de Kraken Mare et Moray Sinus, un estuaire situé à l’extrémité nord de l’océan.

Les chercheurs de Cornell, en compagnie d’ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, ont compris comment déterminer la profondeur des lacs et des océans en notant le délai de réponse des signaux radar à la surface et dans le fond des zones liquides.

Il semble que Moray Sinus est profond d’environ 85 mètres, soit moins profond que le centre de Kraken Mare, qui est trop profond pour être mesuré au radar.

En plus de sa profondeur, Kraken Mare est aussi immense, soit près de la taille des cinq Grands Lacs combinés.

Selon M. Poggiali, Titan est un environnement idéal pour se représenter l’atmosphère que l’on trouvait sur Terre au début de l’existence de notre planète.

Les chercheurs doivent encore résoudre le mystère du méthane liquide. La lumière reçue sur Titan, qui est environ 100 fois moins intense que sur Terre, transforme constamment le méthane présent dans l’atmosphère en éthane; sur une période d’environ 10 millions d’années, ce processus ferait entièrement disparaître le méthane disponible à la surface de la lune de Saturne, selon M. Poggiali.

Dans un avenir rapproché, un sous-marin, probablement sans moteur mécanique, explorera Kraken Mare, affirme le chercheur.

« Grâce à nos mesures, les scientifiques peuvent maintenant estimer la densité des liquides avec une plus haute précision, et conséquemment mieux calibrer le sonar à bord de l’engin et comprendre le flot des courants marins. »

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre