Quand le Sénat américain ressemble… à la présidentielle américaine

0

Ultimement, les courses électorales pour combler certains sièges au Sénat américain auront fini par correspondre aux votes des électeurs américains lorsqu’est venu le temps de choisir un nouveau président des États-Unis, révèle le Pew Research Center dans une récente analyse.

À l’image de la très mince marge obtenue par Joe Biden en Géorgie, l’un des États-clés de la présidence, contre Donald Trump – un total de 11 779 votes –, les deux sénateurs démocrates désignés dans ce même État, Raphael Warnock et Jon Ossoff, ont eux aussi soufflé la victoire aux républicains avec quelques milliers de vote en poche seulement, même si leurs marges étaient un peu plus importantes que celle de M. Biden, rappelle l’organisation.

De fait, 34 des 35 postes de sénateurs en jeu (sur un total de 100) lors des élections de novembre (et avec l’élection spéciale en Géorgie au début du mois, aucun candidat n’ayant obtenu suffisamment de voix pour l’emporter selon les règles spéciales qui y sont en vigueur), ont été remportés par des candidats du même parti que la formation ayant gagné l’État pour la présidentielle.

La seule exception? La sénatrice républicaine Susan Collins, du Maine, qui a aisément remporté un cinquième mandat, même si Joe Biden a gagné dans l’État… à l’exception du deuxième district qui est allé à Donald Trump, accompagné d’un vote pour le collège électoral.

Fallait-il s’attendre à de tels résultats similaires au Sénat et pour la présidentielle? Le Pew Research Center rappelle qu’en vertu d’un coup de sonde effectué avant le scrutin, seuls 4% des électeurs inscrits se trouvant dans un État où les sièges sénatoriaux étaient en jeu pensaient voter pour un candidat à la présidentielle et pour un candidat au sénateur de partis opposés.

En fait, la majorité des élections au Sénat américain tenues depuis 2012, soit 158 courses sur 176, ont été gagnées par des candidats du même parti du gagnant de la plus récente élection présidentielle dans l’État, ou qui en épousaient les politiques.

Cela représente un contraste important, écrit encore le Pew Research Center, aussi récemment qu’en 2006, près d’un tiers des élections au Sénat ont été gagnées par un candidat du parti autre que celui du vainqueur de la présidentielle dans les États respectifs.

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Les sondages web sont-ils moins fiables? Trois choses à savoir

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre