SpaceX: la privatisation de l’espace n’est pas pour tout de suite

0

Le fait que quatre astronautes — trois Américains et un Japonais — soient partis dimanche pour  la station spatiale internationale à bord d’une capsule et d’une fusée construites par une compagnie privée rappelle qu’un lent virage est en cours dans les vols spatiaux habités: un virage vers une place de plus en plus grande occupée par les compagnies.

Depuis le tout premier vol du Soviétique Youri Gagarine en 1961, tous les astronautes ont voyagé à bord de fusées construites sous l’égide des agences gouvernementales — la NASA aux États-Unis ou RosKosmos en Russie. Des fusées Apollo jusqu’aux fusées Soyouz en passant par les navettes spatiales, c’était l’argent public qui était au coeur des décisions. La première exception avait été le vol de la fusée Falcon 9 de SpaceX en mai dernier, qui avait mené deux astronautes là-haut. Le lancement de dimanche, également de SpaceX, est considéré comme le premier vol « opérationnel » de Falcon 9 et de sa capsule Dragon, parce qu’il consacre qu’il ne s’agit plus que d’un simple vol d’essai.

Mais il reste que c’est encore de l’argent public: SpaceX, la compagnie fondée par le milliardaire Elon Musk, ne se serait jamais lancée dans cette aventure s’il n’y avait pas la garantie de contrats gouvernementaux à la clef. Elle facturera de 60 à 67 millions$ par astronaute qu’on lui chargera d’envoyer sur la station spatiale (ISS). Et la NASA a versé ces dernières années près de 8 milliards$ à SpaceX et à son concurrent, Boeing, pour développer leurs fusées respectives.

Ces chiffres expliquent pourquoi on parle d’une « lente » transition vers les compagnies privées: il faudra beaucoup de temps avant que les vols spatiaux habités ne soient une entreprise rentable, libérée des fonds gouvernementaux. À long terme, on évoque par exemple des projets d’exploitation minière de la Lune ou d’astéroïdes.

Mais déjà, à court terme, les clients ne seront plus seulement les agences spatiales: une compagnie du Texas, Axiom Space, est sur la liste des clients de SpaceX pour envoyer quatre astronautes en orbite dès 2021. Même une station spatiale privée n’est pas à exclure, alors que l’espérance de vie de l’ISS approche de sa fin, et que les Américains n’ont pas montré un grand intérêt pour s’y investir plus longtemps.

Cette transition vient avec une série de problèmes légaux inédits: aucun organisme international ne gère qui peut ou ne peut pas envoyer des vaisseaux en orbite. La question se pose chaque fois qu’on évoque le problème de la « pollution » orbitale —c’est-à-dire le nombre croissant de satellites qui encombrent les orbites les plus convoitées et qui posent un danger croissant de collisions. Pour les compagnies, la question de savoir qui a le droit de faire quoi va se poser tôt ou tard.

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

La poussière d’astéroïde et la porte mal fermée

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre