La science des données pour comprendre les secrets de Game of Thrones

0

Quels sont les secrets derrière l’une des séries de fantasy les plus populaires de tous les temps? Comment une histoire aussi complexe que Game of Thrones a-t-elle fasciné le monde, et comment cela se compare-t-il à d’autres histoires? Des chercheurs de cinq universités britanniques et irlandaises se sont unis pour décrypter A Song of Ice and Fire, le nom officiel de la série de livres à partir desquels a été adaptée la série diffusée sur HBO.

Dans une étude récemment publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences, une équipe de physicistes, de mathématiciens et de psychologues des Universités de Coventry, Warwick, Limerick, Cambridge et Oxford ont utilisé l’analyse des données et la théorie des réseaux pour analyser les romans de George R.R. Martin.

L’étude en question démontrent comment les interactions entre les personnages sont structurées de façon similaire à la façon dont les humains entretiennent des relations et interagissent dans le vrai monde. De plus, même si des personnages importants sont tués de façon aléatoire à mesure que l’histoire progresse, la chronologie sous-jacente n’est pas si imprévisible que cela.

L’équipe a ainsi constaté que malgré la présence de plus de 2000 personnages possédant un nom dans A Song of Ice and Fire, et plus de 41 000 interactions entre eux, si l’on examine le tout chapitre par chapitre, ces nombres équivalent à ce que nous pouvons gérer dans la vraie vie. Même les personnages les plus importants, soit ceux qui racontent l’histoire, doivent uniquement « gérer » 150 autres individus. Il s’agit du même nombre de liens relationnels pour lequel le cerveau humain a évolué.

Si des structures mathématiques correspondantes auraient pu mener à une structure narrative stricte et directe, les scientifiques expliquent que George R.R. Martin a gardé les choses « excitantes » en faisant en sorte que les morts semblent aléatoires, à mesure que l’histoire progresse. Mais, comme le démontre l’équipe de recherche, lorsque la séquence chronologique est reconstruite, les morts ne sont pas du tout aléatoires: elles reflètent plutôt comment les événements ordinaires sont répandus dans les activités humaines non violentes, dans le vrai monde.

Game of Thrones a suscité quantité de comparaisons avec les domaines de l’histoire et de la mythologie, et les chercheurs soutiennent que le mariage entre la science et les humanités dans cette nouvelle étude ouvrent de nouvelles avenues du côté des études littéraires comparatives. Le secret du succès, dans Game of Thrones, semble être de conjuguer réalisme et imprévisibilité d’une façon cognitivement stimulante.

Selon Thomas Gessey-Jones, de l’Université de Cambridge, « les méthodes développées pour l’étude nous permettent de tester de façon quantitative plusieurs observations effectuées par les lecteurs de la série, comme la fameuse habitude des livres de sembler tuer des personnages au hasard ».

Pour sa part, le professeur Colm Connaughton, de l’Université de Warwick, « les gens trouvent largement un sens au monde via des structures narratives, mais nous n’avons pas de compréhension scientifique de ce qui permet aux gens de s’identifier à des structures narratives complexes et de les comprendre. Les idées sous-tendant cette étude sont autant de pas vers une réponse à cette question ».

Abonnez-vous à l’infolettre!


Autres contenus:

Une histoire de feu et de sang: Game of Thrones décortiqué

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre