L’étrange voyage de Promesa

0

Dans une ville européenne bizarrement vide de ses habitants, un homme marche. Cherche-t-il quelque chose? Ou quelqu’un? S’il n’est pour l’instant disponible que sous la forme d’une version de démonstration d’une quinzaine de minutes, Promesa semble posséder les attributs nécessaires pour en faire un titre aussi contemplatif qu’intrigant.

D’abord développé par Julian Palacios Gecthman sous la forme d’un projet personnel, le titre est maintenant sur le point de paraître sur PC et Mac.

On marche, donc, ou sommes-nous plutôt en train de glisser? Quoi qu’il en soit, voilà ces bâtiments qui défilent autour de nous dans le cadre de ce qui ressemble fort à une douce nuit d’été. Comportant à la fois des lignes épurées et un design rappelant les jeux de l’époque du début de la 3D, avec des textures imparfaites et de grands pixels visibles, les bâtiments semblent être un mélange de neuf et de vieux.

Rien n’obligeait, après tout, à adopter ce style particulier. Mais il y a quelque chose de spécial dans cette combinaison visuelle, quelque chose d’envoûtant, de mystérieux. Que s’est-il passé, dans ce village que l’on survole délicatement, avant de s’y poser?

En un sens, l’exploration de ce village et les échanges narratifs affichés de temps en temps à l’écran rappellent l’un de ces romans de la fin du 19e, ou des années 1930, en Europe. Quelque chose comme l’excellent Adieu aux armes d’Hemingway, où la vie défile lentement devant les yeux des personnages.

Et c’est un peu ce que l’on retrouve, bien que brièvement, dans Promesa: une exploration de l’existence elle-même, le tout plongé dans une atmosphère quelque peu mélancolique. M. Gecthman a en effet indiqué que cette aventure narrative s’articulait autour de sa relation avec son grand-père; de là à présumer que le grand-père en question n’est plus et qu’il s’agit ici d’une façon de se remémorer de bons moments, il n’y a qu’un pas qu’il est aisé de franchir.

Bien entendu, cette version de Promesa est plus que parcellaire. Il est généralement difficile d’extrapoler bien des choses en s’appuyant uniquement sur une version de démonstration, surtout lorsque celle-ci ne dure que 15 minutes. Ceci étant dit, le titre est prometteur, surtout en tant que walking simulator contemplatif, s’il ne s’agit pas, ici, d’un pléonasme.

À surveiller, donc, pour découvrir ce que ce monde nous réserve.

Promesa

Développeur et éditeur: Julian Palacios Gechtman

Plateformes: Windows (Steam) et Mac (testé sur Steam)

Jeu non disponible en français


Autres contenus:

Un hiver nucléaire pour Wasteland 3

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre