Se déconfiner avec des momies

0

Visiter les momies au Musée des Beaux-Arts de Montréal, dans le cadre de l’exposition Momies égyptiennes – Passé retrouvé, mystères dévoilés, est une belle expérience culturelle pour sortir du confinement.

Comment se passe la visite au musée, au temps de la COVID-19? Port du masque, lavage des mains, et toutes les précautions de la COVID sont présentées par des tableaux et des chefs-d’œuvre sur un écran.

Les agentes et les agents d’accueil indiquent le chemin et présentent la prochaine étape, indiquant même que l’entrée aux toilettes se fait seulement avant la visite, mais pas après.

Dans une file patiente, la musique baladi d’Égypte nous berce et la lumière tamisée nous relaxe. Par contre, deux visiteurs commencent à s’impatienter et se demandaient s’ils n’étaient pas mieux de reporter la visite à une journée moins achalandée.

La file se poursuit dans les escaliers. Malgré l’absence de marquage dans les escaliers, la distanciation est respectée, spontanément.

En haut des escaliers, on se trouve face à un grand écran immersif au bord du Nil: dunes de sable, palmiers et pyramides au fond de l’image mobile, alors qu’un voilier est au premier plan.

Mon tour est arrivé; c’est à moi, la visite commence concrètement.

Dans chaque salle, il y a un guide qui contrôle la circulation des visiteurs. Chaque visiteur y va à son propre rythme. Il y en a qui se déplacent d’une station à la suivante, dans l’ordre; alors que d’autres font leur propre parcours, sauf qu’il faut qu’ils fassent signe au guide pour réussir la manœuvre en toute sécurité.

Après quelques minutes, on est complètement dans la visite des momies, impressionnés par l’exposition. On s’enfonce dans des histoires anciennes et contemporaines à la fois. Au-delà de la momie, il y a une personne.

La personne, on commence à la connaître, à entrer dans son environnement de vie. On est surpris par les découvertes des objets, des rituels, des croyances reliées à la mort.

J’entends murmurer les visiteurs: « Viens voir ! » « Tu te rends compte, ils avaient ça…! » « Regarde la finesse du travail manuel! » « Mais t’as vu les couleurs, incroyable ! » Ça y est! On est loin de tout, loin de Montréal, loin de la COVID, loin des consignes…On oublie tout et on partage ces moments de visite et de bonheur à découvrir la civilisation des pharaons.

À la sortie, je ne sais pas ce qui m’impressionne le plus. Ces Égyptiens, qui avaient des rituels et des croyances incroyables liés à la mort? Ou plutôt les Britanniques, qui ont utilisé le dernier cri technique en imagerie médicale pour explorer ces momies dans les moindres détails sans les toucher pour raconter la mort, voire raconter la vie.  En effet, on ne peut jamais raconter la mort, sans raconter la vie.

On passait de la vie d’ici-bas à la vie éternelle, et nous faisons tout pour être heureux dans les deux vies, croyaient les pharaons.

Encouragez-nous sur Patreon!


Autres contenus:

MUTEK accueille l’hexadome berlinois pour sa 20e édition

Partagez

À propos du journaliste

Avatar

Répondre