Les données sanitaires du bol de toilette

0

Après la montre et le téléphone, céderez-vous à l’attrait de la toilette « intelligente »? Cette future toilette autonome, rapporte une récente étude publiée dans Nature, offrirait une surveillance de la santé personnalisée, par l’analyse de l’urine et des excréments et la collecte d’autres données directement dans le bol à l’aide de senseurs et de capteurs de pression et de mouvement.

Cette toilette analysera ainsi l’urine par un test colorimétrique, calcule le débit et le volume du flux à l’aide de la vision informatique, une version améliorée de l’urodébitmétrie utilisée pour évaluer l’incontinence urinaire. Elle classe aussi les selles selon l’échelle de forme de Bristol — sept types d’excréments, dont les deux premiers indiquent de la constipation et les trois derniers, de la diarrhée. Les concepteurs affirment que le système présente des performances comparables à celles du personnel médical entrainé.

Identifié à l’aide de ses empreintes digitales ou de la spécificité de son « anoderme » —la couche supérieure de peau de l’anus— chaque utilisateur délivrera à chaque visite des données stockées dans un serveur internet crypté. L’analyse de ces informations permettrait le dépistage et le diagnostic de maladies spécifiques (maladie de Crohn, colite ulcéreuse, problème de prostate, etc.) et la surveillance de patients par les professionnels de la santé… à bonne distance des odeurs !

Le bol de toilette pourrait devenir –dans un avenir proche— un incontournable de la liste des objets intelligents connectés pour des usages aussi divers que la détection précoce de grossesse ou les infections bactériennes. Le niveau de PSA (antigène prostatique spécifique) remplaçant l’embarrassant test annuel ou encore proposant le traitement adapté à votre « cuite » de la veille… en analysant vos vomissements!

À l’heure où les gens cherchent une alternative écologique à l’usage de papier de toilette, ces appareils intelligents pénètrent en force dans les maisons, combinant par exemple bidet, séchoir et bol. À la suite de multiples innovations japonaises en la matière, la Fondation Bill et Melinda Gates a lancé l’exposition de la toilette réinventée  afin de faire progresser la science du sanitaire, particulièrement pour les pays en développement.

La Journée mondiale des toilettes, le 19 novembre, rappelait que la moitié de l’humanité n’a pas accès à de telles installations sanitaires —4,2 milliards de personnes plus exactement, mais aussi 3 milliards qui ne disposent même pas de quoi se laver les mains. En utilisant des toilettes rudimentaires, des milliers de personnes tombent malades – 432 000 personnes succombant ainsi chaque année à la diarrhée.


Autres contenus:

Épidémie: paniquer ou être complaisant?

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre