Banc d’essai: Letsfit et ses écouteurs sans fil, un concurrent potable pour Apple

0

Il suffit qu’une idée soit intéressante pour qu’elle soit rapidement reprise: le lancement d’écouteurs sans fil par Apple, les fameux Airbuds, a donné naissance à quantité de produits similaires, dont la qualité varie, certes, mais dont le prix est généralement plus bas que celui des gadgets du géant de Cupertino. L’entreprise Letsfit n’est pas en reste, avec plusieurs modèles qu’il a été possible de tester.

La décision de retirer le port audio sur les téléphones iPhone, un geste franchement absurde, disons-le, qui n’a servi qu’à permettre à Apple de vendre de nouveaux appareils électroniques supplémentaires, a malheureusement été suivie par d’autres fabricants de téléphones intelligents, y compris Samsung et Google. Et s’il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur, le modèle T22 de Letsfit pourrait certainement permettre aux mélomanes d’écouter de la musique ou des épisodes de balado, sans devoir débourser une forte somme, ou se rabattre sur un disgracieux adapteur pour utiliser des écouteurs conventionnels.

Les T22, donc, vendus à une quarantaine de dollars américains en ligne, évoquent certainement les Airbuds, y compris avec leur boîtier de rangement qui fait aussi office de borne de chargement. Fait à noter, d’ailleurs, l’avant du boîtier comporte deux ports USB: le premier, de taille standard, permet d’utiliser le boîtier comme une pile portative et ainsi y brancher son téléphone, par exemple, histoire d’éviter de tomber en panne à un moment inopportun. Le deuxième port, de format micro, sert à charger le boîtier et, par extension, les écouteurs.

Selon le fabricant, si le boîtier est pleinement chargé (comme le démontrera un indicateur, installé entre les deux socles des écouteurs, pour afficher le niveau de charge de l’accumulateur), tout comme les écouteurs, il sera possible d’obtenir quelque 80 heures d’écoute de musique, soit jusqu’à 4,5 heures par charge des écouteurs.

Si le design des T22 est intéressant, les caoutchoucs fournis avec le produit ne permettaient malheureusement pas d’atteindre le confort souhaité, du moins pour ce journaliste. Nul doute que la forme et la taille des oreilles y est pour quelque chose, et que d’autres utilisateurs pourront y trouver leur compte. Néanmoins, dans ce cas-ci, ouvrir la bouche, par exemple, modifiait la pression des canaux auditifs sur les écouteurs, et dont changeait la façon dont la musique était perçue, ce qui était assez désagréable. Et contrairement à ce qu’un « témoignage » affirme dans la description, les écouteurs ne font pas office de bouchons, et bloquent beaucoup moins le bruit que les écouteurs intra-auriculaires déjà utilisés par ce journaliste. Peut-être, encore une fois, que cela a à voir avec la taille des caoutchoucs.

Côté connectivité, les T22 sont faciles à associer à un appareil via Bluetooth, et la qualité sonore est largement au rendez-vous. Les commandes tactiles sont accessibles de chaque côté des écouteurs; les commandes varient en fonction du nombre de pressions et de leur durée. Un temps d’adaptation sera toutefois nécessaire pour parfaitement maîtriser les gestes à accomplir pour contrôler sa musique, ou encore ses appels téléphoniques, sans devoir utiliser directement son téléphone. Lors des tests, il semble d’ailleurs qu’il y ait eu confusion lorsqu’en voulant suspendre la lecture d’une pièce musicale, il a plutôt été possible d’activer l’assistant vocal numérique!

Des écouteurs intéressants, mais…

De leur côté, les écouteurs U8L se veulent un modèle plus « sport ». Plutôt que de tenir simplement dans l’oreille, ceux-ci s’accrochent au pourtour de l’oreille avec une sorte de demi-anneau fait de caoutchouc et de plastique. Sans oublier le cordon qui relie les deux écouteurs – probablement davantage pour assurer l’alimentation des deux écouteurs, plutôt que de devoir installer une pile dans chacun d’entre eux.

Cette fois, point de contrôles tactiles: les options sont plus limitées, mais toutes les commandes sont physiques. Plus de danger de confondre avance rapide et activation de l’assistant vocal, par exemple. Ajoutez à cela des caoutchoucs de taille satisfaisante, et on pourrait se dire que les U8L sont un excellent achat, et ce seulement pour 22$ US. Mais tout cela, c’est sans avoir testé les écouteurs en question selon leur capacité à accomplir leur tâche principale: jouer de la musique. Malheureusement, la qualité sonore est franchement médiocre: les basses sont beaucoup trop élevées, tandis que les aigus sont carrément absents. On se retrouve donc avec une musique presque inaudible.

S’il est absolument nécessaire de se procurer des écouteurs Bluetooth, les T22 sont des candidats intéressants. Mais l’abondance de modèles, parfois avec des résultats bien inférieurs aux attentes, démontre surtout que les entreprises technologiques sont prêtes à fabriquer quantité de gadgets qui sont tout sauf pratiques. Que ce soit en devant les recharger régulièrement, ou encore en devant farfouiller dans trop de menus pour simplement lier les écouteurs à une nouvelle source sonore, plutôt que de simplement débrancher et rebrancher la fiche d’une paire d’écouteurs avec fil, on nous enfonce dans la gorge une décision de design qui n’avait aucunement lieu d’être à la base.


Autres contenus:

Des VPN qui mettent vos données en danger

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre