ToothWave, la brosse à dents à radiofréquences

0

Les soins dentaires se ressemblent généralement: qu’il s’agisse d’une bonne vieille brosse à dents manuelle ou d’un appareil électrique, l’idée consiste habituellement à faire disparaître les saletés situées sur et entre les dents en frottant ces dernières à l’aide de soies plus ou moins rigides. Avec la ToothWave, la compagnie Silk’n veut ajouter les radiofréquences à l’ensemble.

« Préparez-vous à être abasourdis! », peut-on carrément lire dans le courriel promotionnel envoyé par l’entreprise. Selon la description fournie aux journalistes dans le cadre de cette campagne de promotion, la brosse à dents possède un émetteur, installé dans la tête, qui émet des radiofréquences « douces » qui permettent « d’affaiblir les liens moléculaires entre les particules qui forment des taches à la surface des dents ». ToothWave permettrait aussi de s’attaquer à l’accumulation de tartre, sans oublier, bien entendu, les autres particules de nourriture qui salissent les dents.

Le dossier de presse, qui comprend des rapports d’études, des témoignages, des vidéos et des photos promotionnelles, est à l’avenant: quelque six gigaoctets de données sur cette nouvelle brosse à dents sont offerts aux journalistes.

Dans ces rapports, justement, on fait état d’une « amélioration croissante » de la blancheur des dents, ainsi que d’une « réduction significative de la présence de plaque, des calculs dentaires, des cas de gingivite et des saignements de gencives sur une période de six semaines ».

Sans avoir utilisé le produit en question pendant aussi longtemps, les résultats préliminaires d’un brossage normal, à raison de deux séances par jour, tous les jours, indiquent effectivement que les dents semblent plus propres et plus lisses. Quant à la présence de tartre ou de taches, les dents de ce journaliste étant déjà en relative bonne santé, un double examen par un dentiste, avant et après la période d’essai, aurait été nécessaire.

Une chose est certaine, le fait de brosser ses dents n’est plus une activité à la longueur variable, au bon vouloir de l’utilisateur d’une brosse manuelle, par exemple. Un laps de temps de 30 secondes, très exactement, est alloué à chacune de quatre zones de la dentition. Il suffit alors d’effectuer de petits cercles, sans brosser comme tel, et sans appuyer trop fortement, pour procéder au nettoyage. L’action vibrante de la brosse sera suffisante pour faire le reste, y compris faire « mousser » la pâte à dents de façon très efficace.

De façon surprenante, la ToothWave est en mesure de conserver une charge d’énergie suffisante pour se brosser les dents pendant environ deux semaines, sans craindre que l’appareil ne tombe en panne au milieu d’un nettoyage. Et pour recharger la pile, il suffit d’installer la brosse sur la base et de brancher cette dernière dans une prise électrique, à l’aide de l’adaptateur USB et de la fiche fournis.

Ceci étant dit, faut-il laisser tomber sa brosse à dents ordinaire pour s’équiper de la ToothWave? Il est d’abord nécessaire de savoir que si le produit a été homologué pour être vendu au Canada, il ne semble pas être offert, pour l’instant, sur le site de la compagnie Silk’n, qui se spécialise généralement dans les soins de la peau. Et en s’appuyant sur le prix exigé en Europe, qui est de 300 euros, force est d’admettre que l’appareil coûte cher. Les résultats semblent toutefois probants. Il sera alors nécessaire de déterminer s’il vaut mieux s’équiper d’une brosse à dents électrique plus traditionnelle, ou d’y aller pour le coût supplémentaire de la ToothWave.

Quoi qu’il en soit, les jours de la brosse à dents traditionnelle semblent comptés.


Autres contenus:

Une nouvelle avancée pour la « mémoire universelle »

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre