Des « Thermos » préhistoriques pour survivre à la glaciation en Sibérie

0

Selon une nouvelle étude, des chasseurs sibériens ont créé des récipients résistants à la chaleur pour y cuire des repas chauds, ce qui leur a permis de survivre aux saisons les plus froides de la dernière glaciation en extrayant la graisse et la moelle des os se trouvant dans la viande.

Les travaux de recherche entrepris à l’Université de York, au Royaume-Uni, suggère également qu’il n’existe pas de point d’origine central pour ce qui est la plus ancienne trace de poterie de l’histoire de l’humanité.

Des chercheurs ont extrait et analysé d’anciens lipides et des graisses qui avaient été préservés dans des pièces de poterie antique, pièces qui ont été retrouvées sur plusieurs sites le long du fleuve Amour, en Russie, et dont l’âge variait de 12 000 à 16 000 ans.

Selon le professeur Oliver Craig, directeur du BioArch Lab à l’Université de York, « cette étude illustre le potentiel excitant de nouvelles méthodes en archéologie: nous pouvons extraire et interpréter les restants de repas qui ont été cuisinés dans des casseroles il y a plus de 16 000 ans ».

« Il est intéressant que la poterie fasse son apparition durant ces périodes particulièrement froides, et non pas durant les moments comparativement plus chauds où les ressources forestières, comme le gibier et les noix, étaient davantage disponibles. »

Voilà longtemps que l’on cherche à savoir pourquoi ces récipients ont été inventés au cours des dernières périodes de la dernière glaciation, en plus de vouloir déterminer quels genres d’aliments étaient préparés dans ces pots.

L’équipe de recherche a également examiné de la poterie retrouvée au sein de la culture Osipovka, elle aussi installée sur les rives du fleuve Amour. L’analyse a révélé que les poteries provenant de ce lieu avaient été utilisées pour transformer du poisson, probablement des saumons effectuant leur migration, et qui ont offert aux chasseurs une source de nourriture alternative pendant des périodes d’importantes fluctuations climatiques. Un scénario identique a été identifié par le même groupe de recherche sur des îles japonaises voisines.

La nouvelle étude indique que les plus vieux exemples de poteries de l’histoire ont été fabriqués de diverses façons dans autant de régions du Nord-Est asiatique, y compris un processus d’innovation « parallèle », dans le cadre duquel des groupes séparés, qui n’avaient pas de contacts entre eux, ont commencé à progresser vers des solutions technologiques similaires afin de maximiser leurs chances de survie.

Selon le Dr Shinya Shoda, le principal auteur de l’étude, et membre du National Research Institute for Cultural Properties à Nura, au Japon, « nous sommes très heureux de ces nouveaux résultats, puisqu’ils viennent combler un vide dans notre compréhension des causes et circonstances de l’invention de ce type de poterie dans cette région à la fin de l’ère glaciaire, en plus de nous éclairer sur les diverses façons dont ces inventions étaient employées par ces anciens chasseurs-cueilleurs ».

La plus récente ère glaciaire a atteint son apogée il y a de 26 000 à 20 000 ans, forçant les humains à abandonner plusieurs régions nordiques, y compris de grandes parties de la Sibérie. À partir d’une époque remontant à environ 19 000 ans, les températures ont commencé à augmenter de nouveau, encourageant de petits groupes de chasseurs à revenir dans ces vastes territoires désertés.

L’étude a été publiée dans Quaternary Science Reviews.


Autres contenus:

Se sentir seul dans un groupe peut nuire au fonctionnement du cerveau

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre