Drame en trois temps pour la troisième saison de True Detective

2

Après une seconde saison quelque peu décevante, la série d’anthologie policière True Detective a su mettre à profit son année sabbatique pour revenir en force avec une troisième saison presque aussi bonne que la première, et disponible depuis peu en Blu-ray et DVD.

En novembre 1980, dans la ville de West Finger en Arkansas, deux enfants d’une même famille se rendant au parc de Devil’s Den pour y jouer disparaissent sans laisser de traces. Chargé du dossier, le détective Wayne Hays découvre le corps du garçon quelques jours plus tard, les mains jointes comme dans une dernière prière, mais sa sœur Julie reste introuvable. Dix ans plus tard, en mai 1990, la police relève ses empreintes digitales sur les lieux d’un braquage, mais malgré la réouverture de l’enquête, à laquelle Hays participe, la jeune femme continue de manquer à l’appel. En 2015, alors qu’il est interviewé dans le cadre de l’émission True Criminal, de nouveaux éléments sont portés à l’attention du policier à la retraite qui, bien qu’il soit maintenant affligé par l’Alzheimer, tentera d’élucider une fois pour toutes cette sordide affaire ayant marqué l’ensemble de sa carrière comme sa vie personnelle.

La pochette du boîtier

True Detective: The Complete Third Season augmente la mise, en s’axant autour d’un crime dont des enfants sont victimes, ce qui soulève davantage les passions que la lutte de juridiction entre corps policiers présentée dans la seconde saison (lire notre critique ici). Toutefois, c’est la façon dont le scénario laisse constamment sous-entendre qu’un complot plus vaste est à l’œuvre, impliquant des hommes d’affaires influents et des politiciens, qui trouve un écho particulier en notre ère post Jeffrey Epstein où la paranoïa atteint des sommets. En plus d’un mystère captivant s’étalant sur trois décennies et imprégné de la culture du Sud des États-Unis, l’intrigue évolue simultanément à trois époques différentes, un véritable tour de force narratif qui contribue à la grande originalité du récit présenté ici.

Alterner sans cesse entre 1980, 1990 et 2015 pourrait créer une certaine confusion, mais grâce à des marqueurs visuels efficaces (vêtements, coupes de cheveux, palette de couleurs, etc.), on situe toujours la période à laquelle se déroule chaque scène du premier coup d’œil. Les maquillages vieillissant Mahershala Ali et Stephen Dorff sont criants de réalisme, et comptent parmi les plus réussis que je n’aie jamais vus. Renouant avec le côté métaphysique de la première saison, True Detective: The Complete Third Season mélange parfois plusieurs époques dans une même séquence: un jeune Wayne Hays observe un interrogatoire, alors que c’est sa version âgée et ridée qui est reflétée dans la vitre sans tain par exemple. De son splendide générique en passant par sa direction photo exquise, la réalisation propose une qualité exceptionnelle.

Image tirée de la série

Cette troisième saison de True Detective repose en très grande partie sur les épaules de Mahershala Ali et l’acteur, oscarisé pour sa performance dans Green Book, montre l’étendue de son talent en livrant, sur un registre très différent de ses rôles précédents, un Wayne Hays blasé que tout semble irriter. Stephen Dorff s’inspire manifestement des stéréotypes de flic viril (mais attachant) des années 1970 pour son personnage de Roland West, le partenaire de Hays, et campant Amelia Reardon, le seul personnage féminin substantiel de la série, Carmen Ejogo livre un jeu tout en subtilité, qui apporte une bonne dose d’émotion à ce polar taciturne. Abonné aux rôles d’hommes malheureux dont la vie tombe en pièces, Scoot McNairy complète cette distribution de haut calibre.

Le coffret True Detective: The Complete Third Season contient huit épisodes sur trois disques au format Blu-ray, et inclut un code pour télécharger une copie numérique. En plus de neuf scènes retirées du montage, on trouve également la version étendue du dernier épisode (offrant huit minutes supplémentaires) sur l’édition, une revuette explorant comment les trois époques de l’intrigue ont été recréées afin de leur donner un look distinct, ainsi qu’une conversation amusante entre le créateur de la série, Nick Pizzolatto et le musicien T Bone Burnett, au cours de laquelle les deux hommes discutent de la trame sonore et de la troisième saison en général.

Renouant avec le côté métaphysique qui a fait sa renommée, cette nouvelle saison de True Detective réconciliera définitivement les fans avec l’émission, qui compte parmi les meilleures séries policières qu’on puisse regarder en ce moment, avec Killing Eve.

8.5/10

True Detective: The Complete Third Season

Réalisation : Jeremy Saulnier, Daniel Sackheim, Nick Pizzolatto

Scénario : Nick Pizzolatto et Graham Gordy

Avec : Mahershala Ali, Carmen Ejogo, Stephen Dorff, Scoot McNairy, Ray Fisher, Jon Tenney et Rhys Wakefield

Durée : 485 minutes

Format : Blu-ray (3 disques+ copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol, portugais, allemand et italien


Autres contenus:

Official Secrets, dans l’ombre de la justice

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique True Detective: The Complete Third Season - Patrick Robert

  2. Pingback: Stuber, l'Uber comédie - Pieuvre.ca

Répondre