Petite visite au musée de l’horreur, avec Annabelle Comes Home

1

Relatant l’arrivée de la poupée démoniaque parmi la collection d’objets hantés des célèbres enquêteurs du paranormal Ed et Lorraine Warren, Annabelle Comes Home, le troisième volet de la série, est disponible dès aujourd’hui en 4K, Blu-ray et DVD.

Depuis le décès de son père dans un accident de voiture, Daniela Rios manifeste beaucoup d’intérêt pour l’au-delà. Comme la majorité des habitants de Monroe au Connecticut, elle a entendu parler d’Ed et de Lorraine Warren, ses célèbres concitoyens se prétendant « enquêteurs du paranormal » mais que plusieurs accusent d’être des charlatans. Profitant du fait que sa meilleure amie, Mary Ellen, garde Judy, la fille du couple, elle se rend dans la maison un soir et profite d’un moment d’inattention pour s’introduire au sous-sol, dans la pièce où sont stockés tous les objets maudits amassés par les Warren. Refermant mal la porte du cabinet vitré où est enfermée Annabelle, la plus récente acquisition de ce « Musée de l’occulte », Daniela ignore qu’elle vient de libérer une force maléfique qui, conjuguée à celle des autres artéfacts, menacera sérieusement la vie des trois jeunes femmes.

La pochette du boîtier

Après avoir expliqué sa fabrication et l’origine de sa malédiction dans deux films d’horreur qui, sans être mauvais, étaient somme toute ordinaires, Annabelle Comes Home délaisse un peu la poupée démoniaque pour se concentrer sur la collection d’artefacts amassés par les Warren au cours de leur carrière, et qui servent de lien à l’univers cinématographique étendu de The Conjuring (comprenant The Nun, The Curse of La Llorona et trois Annabelle). S’il est loin d’être le premier long-métrage à prendre une babysitter et ses amis comme cible, le récit s’étoffe un peu, en effleurant certaines affaires paranormales sur lesquelles le couple a enquêté, et en introduisant des objets hantés de ce « Musée de l’occulte » dont on devine qu’ils pourraient avoir droit à leur propre spin-off dans un futur pas très lointain.

Tout en proposant de l’horreur classique et des trucs ayant déjà été vus mille fois ailleurs (coups frappés contre la porte sans qu’il n’y aie personne derrière, meubles et appareils s’animant par eux-mêmes, apparitions fugaces que l’on distingue du coin de l’œil, créatures hideuses surgissant de nulle part, personne au sol tirée violemment vers l’arrière par une force invisible), Annabelle Comes Home demeure efficace, et crée de la tension sans jamais verser dans la violence graphique ou les excès de gore. Katie Sarife (Daniela Rios), Madison Iseman (Mary Ellen) et McKenna Grace (Judy Warren) livrent des performances respectables, mais on apprécie surtout la présence de Patrick Wilson et Vera Farmiga, qui reprennent leurs rôles d’Ed et de Lorraine Warren, même si on ne les voit qu’au début et à la fin du film.

Image tirée du film

Disponible en version Combo Pack, Annabelle Comes Home inclut le long-métrage sur disques Blu-ray et DVD, et s’accompagne d’un code pour télécharger une copie numérique. Du côté du matériel supplémentaire, on a droit à six scènes retirées du montage, une fin alternative un peu décevante, une revuette explorant le véritable Musée de l’occulte des Warren, trois « Behind the Scenes » consacrés à des créatures qu’on peut voir dans le film (le démon des Ferryman, la mariée ensanglantée et le loup-garou), et un dernier document expliquant comment la relation amoureuse entre Ed et Lorraine a toujours servi de contrepoids à l’horreur dans l’univers cinématographique étendu de The Conjuring.

Trop souvent, la qualité des franchises d’horreur a tendance à diminuer inexorablement à chaque nouvel opus, mais Annabelle Comes Home est étonnamment le meilleur volet de la trilogie, et un film parfait en cette période où l’épouvante est à l’honneur.

6.5/10

Annabelle Comes Home

Réalisation : Gary Dauberman

Scénario : James Wan et Gary Dauberman

Avec : Vera Farmiga, Patrick Wilson, McKenna Grace, Madison Iseman, Katie Sarife et Michael Cimino

Durée : 106 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français, espagnol et portugais


Autres contenus:

Shaft, ou l’héritage d’une légende

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Annabelle Comes Home - Patrick Robert

Répondre