Discours sur les rêves nocturnes dans l’édition 2019 du Scriptarium

0

Pour une deuxième édition, Didier Lucien a invité les écrivains adolescents du Québec à composer leurs textes en réfléchissant au thème de nos rêves nocturnes. Les talents n’ont pas manqué. Il en résulte Scriptarium 2019, une pièce intelligente, drôle et rafraîchissante, qui est offerte dans la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier, avant d’être présentée à Québec.

Sur la scène, seulement deux fauteuils, mais aussi un mur noir plein d’astuces, qui se transforme selon les besoins en écran vidéo ou en divers accessoires. Et quatre acteurs très talentueux qui savent aussi et très bien chanter.

On entre dans la vie d’un adolescent mélancolique qui vient de perdre son meilleur ami, et dont le père, psychanalyste, essaie comme il peut de l’aider. Et l’on fait la connaissance d’une adolescente rêveuse qui étouffe sous l’amour de sa mère névrosée qui se cherche un amoureux et consulte le psychanalyste. Une trame narrative un peu éclatée permet d’entrer dans la réalité quotidienne de ces deux adolescents qui ne se connaissent pas et qui tentent à leur manière de grandir dans un monde où les difficultés ne manquent pas. Se succèdent alors différentes scénettes qui nous racontent leur histoire, dont le thème général est celui du rêve; un sujet qui touche tout naturellement à la psychanalyse bien sûr, mais plus généralement aux questions relatives à la mort et à l’amour.

Le résultat est très réussi: léger, drôle, musical, divertissant. Les acteurs sont excellents, en particulier Émanuel Frappier et Laurence Latreille, qui incarnent les deux adolescents. Quant aux textes qui composent cette pièce particulière en prose, en chanson, en rap et même en alexandrins par moments, ils sont vraiment étonnants de qualité et d’intelligence autour de ce thème si riche que sont nos nuits et leurs apparitions mystérieuses.

Les écrivains en herbe ont créé de beaux textes, bien écrits, bien pensés et bien documentés. On pénètre dans la psyché des protagonistes à travers leurs rêves, parfois extravagants, parfois banals comme peut l’être la vie quotidienne, mais toujours en relation avec leur personnalité. Ce tiers de la vie humaine que nous passons à dormir et dont il ne nous reste que nos rêves, lorsque nous nous en souvenons, est un très beau sujet pour ce Sciptarium 2019, et il a permis de révéler de vrais talents d’écriture, dignes de nos meilleurs écrivains et dramaturges.

Le Sciptarium 2019, du 25 avril au 10 mai 2019, au théâtre Denise-Pelletier

Avec: Maude Desrosiers, Émanuel Frappier, Laurence Latreille et Sébastien Rajotte et la présence vidéo de Mike Clay


Autres contenus:

La Face cachée de la Lune: chronique d’un classique

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Répondre