Entre hip-hop et science-fiction, avec MFKZ

2

Basé sur Mutafukaz, la série de bandes dessinées de Guillaume Renard (alias Run), le film MFKZ des studios Ankama constitue une belle découverte pour quiconque apprécie l’animation s’adressant à un public majeur et vacciné.

N’ayant jamais connu ses parents et habitant dans un taudis sordide de Dark Meat City, une métropole de la nouvelle Californie ravagée par le crime et les gangs de rue, la vie déjà merdique du jeune Angelino empire un peu plus le jour où il devient la proie de terribles migraines et d’hallucinations lui faisant voir des tentacules menaçants dans l’ombre projetée par certains de ses concitoyens. Pris en filature par de mystérieux hommes en noir qui défoncent la porte de son appartement en tirant sur tout ce qui bouge, il s’enfuit avec Vinz, son colocataire, et durant sa fugue, il découvrira non seulement qu’il possède des pouvoirs surhumains se manifestant lorsqu’il est en colère, mais également qu’une race extraterrestre se cache parmi nous, prête à conquérir notre planète. Angelino pourra-t-il stopper ces envahisseurs dont tous ignorent la présence?

La pochette du boîtier

Réalisé par un studio d’animation japonais d’après une bande dessinée française dont l’action prend place dans une métropole américaine calquée sur Los Angeles, MFKZ propose un beau melting pot d’influences variées et cosmopolites, où manga, luchadors, science-fiction et culture du hip-hop se marient pour créer une œuvre foncièrement originale. Bien que certaines scènes mettent en image la violence des gangs de rue, le long-métrage s’est vu décerner une cote 17 ans et plus non pas en raison de ses excès d’hémoglobine, mais à cause de la singularité de son univers, dans lequel des extraterrestres se nourrissant d’énergies négatives sont débarqués sur Terre parce que cette ressource y est abondante, et où Angelino, un bien improbable héros, compte parmi ses pouvoirs celui de contrôler… les coquerelles!

À l’image de son univers complètement déjanté, MFKZ mélange plusieurs styles visuels et différentes techniques d’animation dans un tout cohérent. Angelino et ses deux amis sont dessinés dans un trait simplifié et mignon, qui marque un décalage clair avec le monde qu’ils habitent, alors que tous les autres habitants de Dead Meat City possèdent une facture beaucoup plus réaliste. Combinant 2D et 3D, les environnements affichent une incroyable profondeur visuelle, et chaque décor est recouvert d’une patine de fissures, de peinture écaillée, de graffitis et de saleté frôlant le photoréalisme. Il vaut la peine de prêter attention afin de relever les innombrables références à la culture populaire dont sont truffées la plupart des scènes.

Image tirée du film

Ayant surtout travaillé dans le domaine du jeu vidéo (il a d’ailleurs participé à tous les volets de Saint’s Row, une franchise à laquelle MFKZ fait plusieurs clins d’œil), Kenn Michael était un choix judicieux pour prêter sa voix à Angelino, le jeune héros à la tête ronde du film. Ses deux amis sont joués par Vince Staples (Vinz), un musicien ayant signé plusieurs trames sonores, dont celle de Black Panther, et Dino Andrade (Willy), un autre acteur spécialisé dans les jeux vidéo. Michael Chiklis (Fantastic Four, The Shield), Giancarlo Esposito (The Usual Suspects, Breaking Bad) et Danny Trejo, l’interprète du redoutable Machete, incarnent trois des hommes en noir pourchassant Angelino. Ultime hommage au hip hop, RZA, le fondateur du mythique groupe Wu-Tang Clan, participe à la distribution en incarnant le personnage de Shakespeare.

MFKZ est disponible en édition Combo Pack, incluant le film d’animation sur l’ensemble des supports actuels (Blu-ray, DVD et numérique). On trouve trois bandes annonces officielles du côté du matériel supplémentaire, ainsi qu’un Making Of très substantiel de près d’une heure, qui aborde toutes les facettes du projet, des défis d’adaptation de la bande dessinée en passant par le choc culturel du studio japonais devant composer avec un univers n’ayant rien en commun avec l’animé, ou les méthodes d’animations employées. Il s’agit d’un document assez complet, auquel il n’était pas nécessaire d’ajouter quoi que ce soit.

Si, comme moi, vous trouvez qu’il y a trop peu de films d’animation s’adressant aux adultes, vous devriez jeter un œil sur MFKZ, un petit bijou possédant dix fois plus de style et de personnalité que la moyenne des productions commerciales.

7/10

MFKZ

Réalisation : Shojiro Nishimi et Guillaume Renard

Scénario : Baljeet Rai et Guillaume Renard

Avec : Kenn Michael, Vince Staples, Michael Chiklis, Giancarlo Esposito, Danny Trejo et RZA

Durée : 94 minutes

Format : Combo Pack (Blu-ray + DVD + copie numérique)

Langue : Anglais, français et espagnol


Autres contenus:

Dans les archives de Doctor Who, avec Peter Davison Complete Season One

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Critique MFKZ - Patrick Robert

  2. Pingback: Doctor Who – Resolution: nouveau Docteur, vieil ennemi - pieuvre.ca

Répondre