Non, transpirer ne permet pas d’évacuer les toxines

1

La peur des toxines est à la mode, et au-delà des jus de toutes sortes censés évacuer les toxines qui se logeraient soi-disant dans notre corps, plusieurs personnes vantent les bienfaits de cures de chaleur ou de l’exercice physique sous le prétexte que c’est en suant qu’on évacue ces toxines. Comme disaient nos grands-parents: « ça fait sortir le méchant ». La prémisse est malheureusement fausse, constatent le Détecteur de rumeurs et l’Organisation pour la science et la société.

À quoi sert la sueur?

La sudation n’évacue pas les toxines; elle a plutôt pour objet de rafraîchir le corps grâce à l’évaporation. La sueur est majoritairement de l’eau liquide prête à se transformer en vapeur d’eau si on lui donne assez de chaleur.

Certes, la sueur contient bel et bien de petites quantités de minéraux et de composés organiques, y compris des substances toxiques. Mais la quantité de ces substances qui se retrouve dans la sueur est infime: la grande majorité de ce que nous éliminons l’est par les urines. Une équipe des universités d’Ottawa et McGill l’avait d’ailleurs confirmé en 2018 à propos des polluants organiques persistants, ou POP (dioxines, furanes, etc.).

N’importe quel échantillon d’urine ou même de sang peut révéler la présence de centaines de composés provenant de cosmétiques, d’agents nettoyants, de médicaments, de gaz d’échappement de véhicules, de fleurs, de litières, de poêles à bois et de nourriture. Mais là encore, c’est notre corps qui élimine ces composés, à travers notre foie et nos reins, qui sont bien équipés pour accomplir cette tâche. Nos glandes sudoripares n’ont pas en effet l’expertise requise pour postuler pour cet emploi.

D’où vient donc l’odeur de notre sueur si ce n’est de ces toxines ? En fait, ce sont les bactéries qui vivent à la surface de notre peau qui convertissent le gras qu’on trouve dans la sueur en composés odorants, comme l’acide butyrique. On y retrouve aussi de petites quantités de composés comme l’androsténol et l’androstadiénone qui, croient certains, pourraient servir de phéromones.

Ça n’empêche pas les vendeurs de proposer toutes sortes de « traitements ». Il existe des bains de pieds ionisants et des timbres pour la peau, censés nous libérer de ces toxines. On nous vante aussi les mérites des saunas à infrarouge pour « détoxifier » le corps. Ces installations utilisent une lumière infrarouge qui pénètre la peau et réchauffe nos tissus de l’intérieur, au lieu de nous réchauffer de l’extérieur comme le sauna régulier. Ses promoteurs affirment que le processus mène à une relâche plus efficace des toxines parce que la lumière infrarouge pénètre le corps en profondeur.


Autres contenus:

La guerre des crottes

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Un commentaire

  1. Pingback: Le président qui pourrait nuire à la vaccination - pieuvre.ca

Répondre