« Éteindre » un langage pour en parler un autre

0

Une équipe de chercheurs a découvert les transformations cérébrales qui surviennent lorsque nous passons d’une langue à l’autre; ces conclusions offre un nouvel aperçu des mécaniques à l’oeuvre lorsque vient le temps d’explorer la nature du bilinguisme.

« L’une des capacités fantastiques des individus multilingues est leur habileté à rapidement et efficacement passer d’une langue à l’autre », explique Esti Blanco-Elorrieta, étudiant au doctorat de l’Université de New York et auteur principal de l’étude, qui est parue dans Proceedings of the National Academy of Sciences. « Nos constatations permettent de mieux définir ce qui se passe dans le cerveau pendant ce processus – plus spécifiquement déterminer l’activité neuronale associée exclusivement à la cessation de l’utilisation d’une langue et l’emploi d’une nouvelle. »

« Plus précisément, cette étude dévoile pour la première fois que si le désengagement d’une langue nécessite un effort cognitif, l’activation d’un nouveau langage est pratiquement à « coût nul » d’un point de vue neurobiologique », souligne la coauteure Liina Pylkkanen, professeure au département de linguistique et au département de psychologie de l’Université de New York.

De précédents travaux liaient le changement de langue à un accroissement de l’activité dans les zones du cerveau associées au contrôle cognitif. Cependant, on ignorait si c’était le désengagement de la langue précédente ou l’utilisation d’une nouvelle langue qui suscitait cette activité.

Cela est largement dû au fait que deux processus se produisent simultanément lorsque ceux qui parlent deux langues passent de la première à la seconde.

Pour mieux comprendre la dynamique à l’oeuvre, les chercheurs impliqués dans les travaux de recherche ont étudié plusieurs individus bilingues en anglais et en langue américaine des signes, qui utilisent souvent les deux langues simultanément.

« Le fait qu’ils puissent utiliser les deux langages à la fois offre une opportunité unique de mieux comprendre les processus d’engagement et de désengagement – et donc, de comprendre comment ils « allument » et « éteignent » une langue », a indiqué M. Blanco-Elorrieta.

Plus spécifiquement, cela veut dire que les chercheurs ont pu demander aux participants de l’étude de passer de la production de messages dans les deux langues à une seule – en isolant donc le processus de « désactivation », ou d’accomplir le parcours inverse, et donc isoler « l’activation » langagière.


Autres contenus:

Apprend-on à se reconnaître dans le miroir?

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre