I Musici – Une saison qu’on aimerait commencer par la fin

0

Ce n’est plus seulement l’âge adulte assumé, c’est une pleine maturité qui caractérise l’orchestre de chambre montréalais I Musici. En effet, cette année souligne la 35e saison de l’orchestre et c’est toute une programmation et toute une brochette de grands interprètes qui attendent les mélomanes.

Personnellement, j’aimerais bien être déjà rendu au grand concert de clôture. Imaginez: Charles Richard-Hamelin et Stéphane Tétreault dans le même programme. Ça promet.

Mais, n’allons pas trop vite et rappelons-nous d’abord que les différentes prestations de l’orchestre se déclineront encore cette année, en deux versions: I Grandi Concerti et I Concertini. Chacune des deux séries offrira cinq concerts et l’orchestre sera aussi de retour avec le concert Gargantua et autres fantaisies, tout au long de la saison, dans le cadre du Conseil des arts de Montréal en tournée 2018-2019.

C’est à la très belle Salle Bourgie que l’orchestre aura de nouveau sa résidence, mais deux concerts de prestige seront donnés à la Maison symphonique de la Place des Arts.

Comme à son habitude, I Musici de Montréal assure le développement de la création musicale en commandant des œuvres à des compositeurs locaux. Cette fois-ci, les créateurs retenus sont Julien Bilodeau, Éric Champagne et Denis Gougeon.

Parmi les nombreux interprètes invités, nous aurons l’occasion de réentendre les merveilleuses voix de Julie Bouliane, Andréanne Brisson Paquin et Mireille Lebel. Seront également en prestation pour la première fois à Montréal, le clarinettiste Boris Allakhverdyan et le violoncelliste Joshua Roman. On verra aussi le retour à Montréal de la pianiste Nareh Arghamanyan. On retrouve la liste complète des invités sur le site de l’orchestre.

Le directeur artistique de l’orchestre, depuis 2011, Jean-Marie Zeitouni, cèdera le pupitre à deux chefs de la relève: Jean-Claude Picard et Andrei Feher, dont le passage à l’orchestre, l’an dernier, n’était pas passé inaperçu.

En plus des créations, parmi le œuvres au programme, mentionnons le Magnificat de Jean-Sébastien Bach, des œuvres de Bruckner, Stravinski et Copland, en plus de musiques spécialement choisies parce qu’elles sont l’œuvre de compositrices, dont Clara Schumann, Hildegard von Bingen, Lili Boulanger et Ana Sokolovic.

C’est une saison qui promet.


En complément:

L’OSM et le Requiem de Verdi: la mystification du jugement dernier

Partagez

À propos du journaliste

Martin Prévost

Martin Prévost fréquente la scène culturelle montréalaise depuis plus de trente ans. À titre de chroniqueur culturel, il a collaboré au magazine Paraquad durant deux ans et il est un fidèle de Pieuvre.ca depuis ses débuts. Ses intérêts vont du design à la danse contemporaine en passant par les arts du cirque, la musique du monde, la littérature, le théâtre, les arts visuels et le cinéma. Musicien amateur, il consacre la plupart de ses interventions pour Pieuvre.ca à la musique classique, de la musique de chambre à l’opéra.

Répondre