Désolé, amateurs de science-fiction: l’étrangeté d’une étoile n’est pas due à une mégastructure extraterrestre

0

C’était trop beau pour être vrai. Des chercheurs ont écarté l’hypothèse la plus improbable – une mégastructure extraterrestre en orbite – pour expliquer le comportement d’un corps céleste surnommé Tabby’s Star qui intriguait les scientifiques, avec son éclaircissement et son assombrissement sporadiques.

Des astronomes ont fait savoir mercredi dernier que l’étude la plus poussée de l’étoile jusqu’à maintenant, officiellement nommée KIC 8462852, révélait que les périodes d’assombrissement n’étaient pas provoquées par un important objet opaque qui passait devant elle. L’assombrissement pourrait en fait être provoqué par une sorte de poussière, ont-ils ajouté, bien que la cause à l’origine de cette poussière demeure inconnue.

Les chercheurs s’appuient sur des observations de l’étoile effectuées de mars 2016 à décembre 2017 à l’aide des télescopes de l’Observatoire Las Cumbres, sur l’île hawaïenne de Maui, ainsi que des îles Canaries. L’étoile tient son surnom de l’astrophysicienne Tabetha Boyajian, de l’Université d’État de Louisiane, qui fut l’une des personnes ayant permis d’identifier ses aspects particuliers en 2015.

À partir de mai 2017, les scientifiques ont observé quatre épisodes où la lumière de l’étoile faiblissait. Les données ont démontré que l’assombrissement était moindre dans le spectre de la lumière rouge, comparativement au spectre de la lumière bleue, et un vaste objet opaque assombrirait équitablement toutes les couleurs du spectre en passant devant une étoile, a fait savoir Mme Boyajian.

« Nous avons pris des mesures de l’éclat de l’étoile dans diverses couleurs. Les données obtenues de cette façon peuvent nous informer sur le genre de matériau qui circule devant l’étoile », a-t-elle ajouté.

Plusieurs hypothèses avaient circulé quant à l’origine de ces périodes d’assombrissement, y compris une hypothétique mégastructure appelée sphère de Dyson, construite pour enchâsser une étoile et exploiter l’énergie qu’elle produit.

« Bien entendu, il est décevant qu’il ne s’agisse pas d’une anomalie qui se transforme en découverte fantastique. Mais nous savions depuis le début que les chances étaient minces. C’est comme trouver que votre billet de loterie n’est pas gagnant: c’est décevant, mais pas surprenant », a fait savoir un autre chercheur, l’astrophysicien de Penn State Jason Wright.

L’étoile de Tabby, qui est environ 40% plus massive que le Soleil, est située à environ 1280 années-lumière de notre système solaire, dans la constellation du Cygne. On a observé que l’intensité de sa lumière pouvait diminuer d’au plus 22%.

Les nouvelles observations correspondent aux impacts de la poussière – de petits grains de matière – sur la lumière stellaire, précise M. Wright. On ne trouvait pas de traces de gaz à travers la poussière, ajoute-t-il.

« Nous ne savons pas encore précisément où se trouve la poussière, mais elle semble se situer aux alentours de l’étoile », mentionne le chercheur. « Nous en ignorons aussi encore la provenance – peut-être s’agit-il du résultat de l’impact d’astéroïdes ou de comètes. »

Les conclusions des travaux ont été publiées dans The Astrophysical Journal Letters.


En complément:

https://www.pieuvre.ca/2017/12/15/spacex-envoie-une-fusee-usagee-en-direction-de-la-station-spatiale-internationale/

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre