Pirater les esprits avec >Observer_

1

Mettant en vedette Rutger Hauer, >Observer_ présente un futur particulièrement dystopique, où la fusion entre la technologie et l’humain permet aux détectives de se connecter directement sur le cerveau des témoins et suspects qu’ils interrogent.

Prenant place en 2084, quelques années après qu’une majorité de la population qui possédait un implant informatique soit décédée des suites d’un virus nommé le nanophage, >Observer_ présente un futur glauque, où les survivants de cette « peste digitale » préfèrent s’isoler et se tourner vers la drogue et la réalité virtuelle plutôt que de faire face à l’horreur du monde. On y incarne Daniel Lazarski, un détective augmenté de la police de Cracovie capable de se brancher directement sur le cerveau des personnes qu’il interroge, et de connaître ainsi leurs plus sombres souvenirs comme leurs pensées intimes. Craignant une nouvelle éclosion du virus, les autorités envoient le cyberflic dans un bloc-appartements en quarantaine, afin que ce dernier utilise ses talents uniques pour découvrir ce qui tue un à un les locataires du bâtiment, mais les choses se compliquent quand Lazarski s’aperçoit que son fils, qui habitait lui aussi l’endroit, manque maintenant à l’appel.

Image tirée du jeu

Les studios Bloober reprennent plusieurs des éléments qui ont fait le succès de Layers of Fear, leur titre précédent, dans >Observer_, un thriller psychologique que l’on joue davantage pour son histoire et son ambiance troublante que pour l’action en tant que telle. On y mène principalement un travail de détective, en fouillant de fond en comble chaque recoin des environnements à la recherche d’indices qui feront progresser l’enquête. Pour l’aider dans sa tâche, Lazarski dispose d’une vision organique, qui permet d’analyser et d’identifier les résidus biologiques comme les taches de sang, et d’une vision qui affiche en surbrillance tous les objets dégageant une signature électromagnétique, mais son plus grand pouvoir est sans aucun doute celui de se connecter directement sur l’esprit d’autrui.

Lorsqu’on entre littéralement dans la tête d’une autre personne, >Observer_ délaisse le côté policier pour pénétrer de plain-pied dans le monde du cauchemar et de l’horreur. Ces séquences oniriques utilisent le médium même du jeu vidéo pour mieux nous désorienter. Les décors changent subitement lorsqu’on se retourne, on est prisonnier de pièces en boucle dont il ne semble pas y avoir d’issue, des images en surimpression donnent l’impression d’halluciner, et les objets comme les individus apparaissent et disparaissent frénétiquement, changeant de place aléatoirement à travers les décors. Doublée d’une trame sonore dérangeante à souhait, il s’agit d’une expérience sensorielle parfois si frénétique que l’on comprend facilement l’avertissement donné aux épileptiques au début du jeu.

Image tirée du jeu

Les graphiques se démarquent surtout par leur direction artistique, avec des décors influencés par l’esthétique européenne et un look de film noir futuriste, mais on est clairement en présence d’une production indépendante. Plutôt que d’investir des ressources dans la modélisation par exemple, lorsqu’on interroge des personnages secondaires habitant le bloc-appartements, on ne voit qu’une partie de leur visage à travers un écran vidéo installé sur la porte, ce qui évoque les jeux d’aventure sur CD-ROM des années 1990. Le détective doit régulièrement prendre un médicament pour continuer de fonctionner, et si on néglige de le faire, les rendus deviennent de plus en plus pixellisés, une mécanique vraiment originale. Comme >Observer_ arbore fièrement ses influences cyberpunk, les développeurs ont frappé un grand coup en réussissant à mettre la main sur Rutger Hauer, le chef des Replicants dans le film culte Blade Runner, pour interpréter le rôle du cyberdétective Daniel Lazarski. On dirait que le comédien a enregistré ses lignes très rapidement, en une seule prise, par manque de budget, mais s’il ne livre pas la meilleure performance de sa carrière, c’est quand même Rutger Hauer…

En utilisant tous les trucs du médium pour mieux désorienter le joueur et créer ainsi l’une des ambiances les plus immersives qui soient, >Observer_ dépasse le simple jeu d’horreur et soulève des questions essentielles sur les dangers de la technologie, ce qui en fait un must pour tous les amateurs d’œuvres cyberpunk.

7/10

>Observer_

Développé par : Bloober Team

Distribué par : Aspyr Media

Plateformes : PC, Linux, Mac, PS4 et Xbox One (testé sur Xbox One)

Langues : Anglais et hongrois

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Test >Observer_ [Xbox One] - Patrick Robert

Répondre