À court de fonds, Branchez-Vous ferme ses portes

0

Un autre média web vient de tomber, victime de revenus publicitaires insuffisants; le portail technologique Branchez-Vous a annoncé mardi, par la voix de son propriétaire, Média Happy Geeks, qu’il fermera ses portes à la fin du mois.

Dans une déclaration publiée sur le site, Joé Bussière, directeur général de Média Happy Geeks, mentionne que « malgré la notoriété et la popularité du site, il était devenu difficile, dans le contexte médiatique et publicitaire actuel d’atteindre la rentabilité avec ce site »

L’entreprise conservera ses autres propriétés médiatiques, Cinoche.com et Showbizz.net, ainsi que son service Cinéac.

Relancé depuis quatre ans avec une orientation rappelant ses origines en tant que portail d’actualité technologique, Branchez-Vous a subi plusieurs transformations, passant d’un site d’information généraliste à un bref rachat par le géant des télécommunications Rogers, avant de fermer et d’être racheté par Média Happy Geeks.

En entrevue téléphonique avec Pieuvre.ca, le rédacteur en chef du site, Laurent LaSalle – qui fut le patron de ce journaliste pendant près de deux ans, justement chez Branchez-Vous -, qu’il ne connaissait pas les détails de la gestion financière du portail.

Sur son mur Facebook, M. LaSalle explique entre autres la fin de l’aventure Branchez-Vous par l’utilisation des bloqueurs de publicités, le site ayant principalement fonctionné selon le modèle classique, particulièrement malmené depuis des années, consistant à offrir de l’information gratuitement en échange de l’affichage de contenus publicitaires. Selon lui, toutefois, cette façon de faire n’est pas entièrement à vouer aux gémonies. « Je crois qu’un site étant rentable grâce à la publicité peut fonctionner, mais qu’il faut tenir compte de Facebook, Twitter et compagnie, et posséder une stratégie publicitaire pour diffuser vers ces réseaux… stratégie que Branchez-Vous n’avait pas », dit-il.

« Aujourd’hui, c’est impossible de croire atteindre la rentabilité sans déployer de la publicité sur Facebook, sur Instagram, sur Twitter… c’est devenu nécessaire. »

Cette fermeture représente en fait la deuxième étape de réduction des effectifs chez Branchez-Vous. Faisant d’abord appel à des chroniqueurs pour fournir des critiques, des billets d’humeur et d’autres contenus similaires, Média Happy Geeks a remercié ces collaborateurs externes à l’automne dernier, plaidant déjà un manque de revenus.

« En connaissant mon salaire, et en voyant la fréquentation du site, le revenu moyen dérivé des publicités, on constatait que le site n’était pas rentable, et ce en excluant les coûts des chroniqueurs », mentionne M. LaSalle.

Selon ce dernier, deux autres facteurs complémentaires peuvent aussi expliquer le déclin, puis la fin du « nouveau » Branchez-Vous: la proximité des faits et la langue de diffusion. Si Showbizz.net, par exemple, est rentable, « parce que le Québécois moyen aime s’informer sur le showbizz québécois et les vedettes d’ici », lorsque vient le temps de lire sur les nouveautés technologiques, « ce Québécois intéressé par le domaine va habituellement s’informer chez les Américains, en anglais, car l’amateur québécois de techno est bilingue ».

Fait surprenant, Laurent LaSalle visait en partie le marché français, et les populations francophones d’Europe dans leur ensemble, généralement moins à l’aise dans la langue de Shakespeare que les gens d’ici. De plus, le fait de pouvoir publier des informations en provenance des États-Unis pratiquement au moment même de leur parution était un avantage certain, soutient-il.

« La plupart des médias québécois devraient se rappeler qu’internet est international », martèle-t-il également. Il n’a toutefois jamais été question de se tourner vers du contenu en anglais sur le site; après tout, dit M. LaSalle, la concurrence des médias techno anglophones est déjà suffisamment importante pour y risquer temps et ressources.

Quel avenir, donc, pour la presse technologique au Québec? Laurent LaSalle l’ignore. Branchez-Vous continuera de publier du contenu pendant encore une semaine. Quant à son futur ex-rédacteur en chef, il maintiendra sa collaboration à l’émission Radio Talbot, animée sur Twitch par Denis Talbot, ancien animateur de l’émission technologique M. Net à MusiquePlus, ainsi que ses capsules Le Jeux, c’est sérieux sur YouTube. Mais pour le reste, « j’ai amplement mérité des vacances », conclut M. LaSalle.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre