Le Parti vert-gauche mandaté pour former la coalition islandaise

0

René-Maxime Parent

À la suite de l’incapacité du Parti de l’indépendance de former une coalition à trois partis, le président de l’Islande, Guðni Th. Jóhannesson a mandaté le 16 novembre la chef du Parti vert-gauche, Katrín Jakobsdóttir de former le prochain gouvernement.

Le Parti vert-gauche, le Parti pirate, le Parti social-démocrate, Bright Future et le nouveau parti libéral Viðreisn ont entamé les discussions afin d’établir une plateforme pour gouverner l’Islande. Les cinq partis constituent une majorité de 34 sièges sur les 63 que compte le parlement, devant l’opposition du Parti de l’indépendance et du Parti progressiste.

Après les élections, comme aucun parti n’avait de majorité, le président Guðni Th. Jóhannesson s’est vu dans l’obligation de donner le mandat de former une coalition au chef du Parti de l’indépendance, Bjarni Benediktsson puisque sont parti avait remporté le plus de sièges à l’élection du 29 octobre. Le conservateur a approché Viðreisn et Bright Future, mais ils ne se sont pas entendus au sujet de la politique sur les pêches et du référendum sur l’adhésion à l’Union européenne.

Le mandat de former une coalition est revenu au Parti vert-gauche qui a obtenu 10 sièges et 15,8 % des votes, le Parti pirate a obtenu le même nombre de sièges et 14,4 % des votes. La coalition à cinq partis va présenter leur plateforme commune dans les jours qui viennent.

Talk-show

La chef du Parti pirate, Birgitta Jónsdóttir a été invité sur le plateau du talk-show le plus populaire de Scandinavie, Skavlan aux côtés de l’auteur de Downton Abbey et sympathisant conservateur de la seconde chambre du parlement du Royaume-Uni (House of Lords), Julian Fellowes. L’échange s’est transformé en un débat entre la gauche et la droite d’aujourd’hui, jusqu’à ce que les deux invités arrivent à un désaccord radical.

« Honte à toi. Honte à toi », a affirmé Birgitta Jónsdóttir. « Les lanceurs d’alertes qui dénoncent les gouvernements corrompus et les crimes de guerre ne sont pas des traitres. Honte à toi! »

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre