En vacances, gare aux selfies!

0

Pieuvre.ca

Avoir hâte aux vacances est tout à fait normal, mais vouloir partager ses projets de voyage sur Internet et faire part de ses déplacements ou de son absence de la maison peut comporter des risques, indique la compagnie d’assurance Allstate.

Selon un nouveau sondage de l’entreprise, 23 % des Québécois interrogés ont, par le passé, publié dans leurs comptes de médias sociaux qu’ils n’étaient pas à leur domicile. De plus, 52 % des répondants âgés de 18 à 24 ans ont indiqué dans les médias sociaux tels que Facebook, Twitter ou Instagram qu’ils étaient en voyage. Dans le groupe des 25 à 34 ans, 43 % ont fait de même, fait-on savoir par voie de communiqué.

« Il est très agréable de faire part de ses expériences de voyage, mais publier du contenu à grande échelle peut attirer l’attention de personnes mal intentionnées sur votre maison », explique Patricia D’Ignazio, directrice d’agence chez Allstate. Elle ajoute que l’entreprise vise à sensibiliser les Québécois aux conséquences du partage de projets de vacances sur les médias sociaux, ou sur le fait de publier des informations lorsqu’ils sont en voyage.

« Les voyageurs connaissent sans doute les principales règles à observer pour protéger leur maison lorsqu’ils partent en vacances : faire arrêter la livraison du courrier et du journal pendant leur absence ou demander à une personne de confiance de les recueillir, installer un système d’éclairage automatique, etc. Cependant, toutes ces mesures deviennent inutiles s’ils font mention de leurs projets de vacances sur les médias sociaux », martèle la compagnie, avant de rappeler que « cet été, 33 % des Québécois interrogés partiront probablement au moins pour quelques jours durant les vacances de la construction, qui s’échelonnent du 24 juillet au 6 août ».

Les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés. Les cybercriminels se servent souvent de l’information qu’ils y trouvent pour planifier des cambriolages. En cette ère de réseautage social, la géolocalisation, c’est-à-dire le repérage géographique d’un objet tel un téléphone cellulaire ou un ordinateur, peut faciliter la planification d’introductions par effraction. De même, Google Street View devient un outil de plus en plus utilisé pour planifier les vols. Une abondance de renseignements personnels est accessible en ligne, notamment sur le lieu de travail, le nom de proches, la période de vacances et l’adresse. Tous ces renseignements peuvent exposer les personnes concernées à de sérieux désagréments, rappelle le communiqué.

D’après le sondage, 60 % des hommes et 51 % des femmes ne pensent pas toujours à désactiver la fonction de géolocalisation sur leur cellulaire ou leur tablette lorsqu’ils sont en voyage. « Les voyageurs peuvent trouver intéressant d’afficher le décompte des jours avant leur départ ou leur arrivée à destination, mais ils doivent faire preuve de prudence par rapport à ce qu’ils mettent en ligne, au moment où ils le font et comment ils le font », indique Francisco Randez, spécialiste en voyages et médias sociaux.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre