Deux voyages aux frontières de l’espace au Planétarium

0

Émilie Plante

C’est la semaine dernière que le Planétarium Rio Tinto Alcan lançait son nouveau programme double devant une foule curieuse et captivée. Portée par sa mission vulgarisatrice, avec cette nouvelle programmation, l’institution a une fois de plus misé sur son approche Voir grand, permettant à l’être humain et aux sciences de l’espace de se rejoindre. 

Voir grand, c’est également le titre de la programmation annuelle d’Espace pour la vie, qui regroupe quatre lieux consacrés aux sciences de la nature : le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium Rio Tinto Alcan. Le programme double diffusé au Planétarium Rio Tinto Alcan jusqu’en décembre 2016 est porté par des talents montréalais et cherche à réinventer à la fois la relation entre l’humain et la nature, mais aussi à conjuguer la science, l’art et l’émotion.
Astéroïde: mission extrême

Spectacle multimédia coproduit par Sky-Skan et National Geographic, Astéroïde : mission extrême pose plusieurs questions sur ce phénomène et nous plonge dans un univers tantôt fascinant, tantôt alarmant. En effet, les astéroïdes, de par leur potentiel dangereux, peuvent causer toutes sortes de manifestations naturelles ayant d’énormes répercussions pour la Terre. D’ailleurs, ne sont-ils pas la cause de l’extinction des dinosaures?

Le film explore également les possibilités des astéroïdes pour des missions futures. Ceux-ci pourraient servir de points de ravitaillement pour les engins spatiaux et de sources exploitables de matières essentielles à des missions dans l’espace (carburant, eau, oxygène). Pendant 25 minutes, le spectateur voit défiler devant ses yeux des images stupéfiantes de ces corps célestes et de reconstitutions d’explorations par les astronautes.

La narration originale d’Astéroïde: mission extrême étant en anglais (avec la voix de Sigourney Weaver), le Planétarium Rio Tinto Alcan a approché la comédienne et chanteuse Isabelle Blais afin de donner une touche locale à la version française du spectacle.

Un jour sur Mars

Expérience immersive au cœur de la planète voisine de la Terre et d’une durée de 40 minutes, Un jour sur Mars est décrit par les concepteurs du film comme un road trip sur l’étonnante planète rouge. Le spectateur est plongé tour à tour dans d’immenses vallées et cratères et sur les sommets de Mars, puis dans des tempêtes de vents puissants qui dessinent sur le sol martien quantité d’œuvres d’art naturelles, le tout, porté par la musique de Dumas.

Le réalisateur, Maxime Pivin Lapointe, a d’ailleurs expliqué qu’il avait lui-même été marqué par les mélodies de Dumas durant certains road trips et c’est pourquoi il a approché l’artiste afin que celui-ci crée une trame sonore qui colle parfaitement avec ce périple tout spécial sur la planète rouge.

La musique de Dumas apporte une sensibilité évidente à la représentation d’une planète qui semble aux premiers abords aride et désolante. Elle vient aussi appuyer le texte dicté de manière dynamique par le présentateur qui fait état de la recherche sur cette planète.

Produit à l’interne par l’équipe du Planétarium Rio Tinto Alcan, Un jour sur Mars a de quoi rendre fiers ceux qui ont produit et réalisé cette œuvre fascinante, qui fait sourire du début à la fin.

En parallèle avec le film, le Planétarium Rio Tinto Alcan propose une exposition intitulée Mars s’éclate, où sont donnés à voir des fragments de la planète, des petits morceaux d’astéroïdes et dans laquelle petits et grands peuvent apprendre de manière ludique.

Plus d’informations sur le site du Planétarium Rio Tinto Alcan.

Partagez

À propos du journaliste

Émilie Plante

Rédactrice web, geek au tempérament artiste, Émilie est une touche-à- tout qui carbure au café et aux activités culturelles. Éternelle étudiante, elle détient un baccalauréat en histoire de l’art, une maîtrise en muséologie, a quelques cours en communication et en gestion derrière la cravate ainsi qu’un doctorat honorifique en « flattage » de chats. Depuis 2009, elle écrit pour des blogues d’entreprises ou des sites traitant de sujets divers (univers geek, communication, féminisme, musique techno, technologies) et est journaliste culturelle depuis plusieurs années. Ses sujets de prédilection sont le cinéma, la danse contemporaine, les arts visuels, la muséologie et… sans doute aussi les chats.

Répondre