Maria João Pires & Kent Nagano: piano bien orchestré

0

Éloïse Choquette

Maria João Pires, dans une de ses rares (mais non moins appréciées!) visites en Amérique du Nord, a choisi de s’arrêter à l’Orchestre symphonique de Montréal pour une résidence qui se poursuivra jusqu’au Carnegie Hall au printemps 2016. C’est avec délectation qu’on l’écoute nous interpréter le Troisième Concerto de Beethoven, avec un OSM toujours aussi spectaculaire.

L’amalgamation de Beethoven et de Bruckner fonctionne d’autant plus qu’on glisse du premier au second avec une facilité qui n’est probablement pas étrangère à l’importance décisive qu’a eu l’œuvre de Beethoven dans celle du plus récent Bruckner. La soirée s’ouvre donc sur le très beau Concerto pour piano no 3 en do mineur, op. 37 de Beethoven, avec une interprétation sans faille tant du côté de Maria João Pires que de l’OSM dirigé par Kent Nagano. Véritablement, on ne dirait pas que la pianiste portugaise n’est pas une habituée de l’OSM, tant sa performance transcendante se joint avec aisance et grâce à celle de l’orchestre. C’est un spectacle extraordinaire que de voir l’artiste à l’œuvre, en symbiose avec le piano, survoler les notes comme autant d’objets célestes, au tintement clair et vibrant de vie.

La soirée se poursuit ensuite avec l’orchestre et Kent Nagano, qui interprètent une des œuvres les plus connues et célébrées d’Anton Bruckner, la Symphonie no 4 en mi bémol majeur, dite La Romantique. Malgré que la symphonie s’étire sur plus d’une heure (près de soixante-dix minutes), on ne se lasse pas de se laisser bercer par les harmonies tantôt grandioses, tantôt intimes de l’opus, qui ne sont pas sans rappeler celles de Beethoven. Encore une fois, Kent Nagano nous entraîne avec lui dans cette belle aventure, qui tient davantage des récits d’amour courtois médiévaux que du romantisme plus moderne, ce qui n’est pas sans rappeler le Siegfried de Wagner.

Décidément, la soirée est un succès évident, et nous transporte comme seule la musique classique sait le faire à travers tantôt les promenades rêveuses et contemplatives, tantôt les ouvertures majestueuses, dans un camaïeu d’harmonies extatiques et splendides.

Maria João Pires & Kent Nagano a eu lieu le jeudi 3 mars et le samedi 5 mars à la Maison symphonique de Montréal, dans la série Les grands concerts du jeudi 2 Power Corporation du Canada.

Partagez

À propos du journaliste

Éloïse Choquette

Éloïse Choquette fait comme si elle menait une vie bien rangée d’architecte de jour – et devient une personne éclectique de nuit. Que ce soit en étant activement impliquée dans des organismes à but non lucratif, ou encore en faisant des études à temps partiel à Concordia en littérature et études des peuples autochtones, Éloïse aime diversifier ses champs d’intérêts, qui passent du féminisme intersectionel à la littérature, en passant par la science-fiction, les arts de la scène, le cinéma, la mode et le design. Journaliste chez Pieuvre depuis 2011, elle raffole de théâtre, de musique et de danse, qu’elle se plait à disséquer avec un enthousiasme certain. Elle puise la plupart de ses citations et inspirations quotidiennes dans Star Trek et Harry Potter, sujets dont elle peut discourir pendant des heures.

Répondre