Planetbase ou la survie, une catastrophe à la fois

0

Il y a de ces jeux qui sont des exercices de frustration. Leur fonctionnement tombe sous le sens, sans doute, mais le fait que tant de choses puissent mal aller soudainement, entraînant la fin de la partie et l’envie de frapper dans quelque chose,  démontre que les créateurs auraient peut-être avantage à apporter quelques correctifs.

Planetbase, un jeu de stratégie développé par Madruga Works sorti en début de semaine sur la plateforme de distribution numérique Steam, reprend le principe de Banished, un autre jeu du même genre, mais qui se déroule, quant à lui, dans une atmosphère médiévale. Dans Planetbase, donc, le joueur doit assurer la survie d’un groupe de colons se posant sur une planète extraterrestre. Cela comprend la production d’énergie, d’eau et d’oxygène, mais aussi de nourriture, de pièces de rechange… voire même de moyens de divertissement.

Jouer à Planetbase est en fait une constante course contre la montre; dès l’atterrissage, par exemple, il faudra bâtir les installations nécessaires pour passer la nuit. Vous n’avez pas construit le sas assez rapidement? Vos colons vont mourir d’asphyxie sans espoir de s’en sortir. Idem pour le manque de nourriture, ou encore les maladies. D’ailleurs, si le seul médecin faisant partie de votre première cohorte de nouveaux arrivants tombe malade et que quelqu’un d’autre a ensuite besoin de soins, tout est perdu. Le jeu ne pardonne aucun faux-pas, et son interface quelque peu obscure n’aide certainement pas à débusquer les problèmes avant que ceux-ci ne surviennent.

Pour reprendre la comparaison avec Banished, si ce dernier comportait une plus grande quantité d’options, y compris dans les tâches attribuées aux habitants, le jeu offrait la possibilité d’afficher pratiquement n’importe quelle statistique, et donc de garder un oeil sur toutes les informations pertinentes à la survie de sa colonie. Dans Planetbase, ces mêmes informations sont soit dissimulées dans un menu, soit affichées sous forme d’icônes génériques, soit complètement absentes. « Trop, c’est comme pas assez », dit-on parfois, mais dans ce cas-ci, un surplus d’informations ne ferait certainement pas de tort. Le nombre de travailleurs accomplissant les diverses tâches est aussi laissé au hasard. Une nouvelle colonie débute toujours avec le même nombre de spécialistes, mais il est impossible de déterminer avec précision le métier exercé par les futurs colons, ou de modifier leur travail en cours de route.

Pourtant, l’idée de Planetbase a du bon… beaucoup de bon, même. Visuellement intéressant, le jeu va provoquer la frustration chez le joueur, mais aussi pousser ce dernier à recommencer encore et encore pour tenter de trouver la solution à son problème qui lui permettra de survivre une journée de plus. Un bel exemple de relation d’amour / haine offert à 16,99 $ US. Au joueur de savoir si le tout vaut la peine. Nul doute, d’ailleurs, que les créateurs pourront éventuellement apporter certaines modifications pour alléger la difficulté. Espérons-le, en tous cas.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre