L’Atelier de Joël Robuchon, une virée gastronomique au milieu du fleuve

0

L’ambiance est feutrée et le décor se décline en tons de rouge vermeil et de noir: à la succursale montréalaise de l’Atelier de Joël Robuchon, où l’on recommande d’ailleurs une « tenue d’affaires décontractée », cette velléité de discrétion laisse toute la place à la délicatesse et la très grande qualité des plats.

Dans le cadre de l’événement MTL à Table, voilà donc que le restaurant du « chef le plus étoilé au monde » propose un menu dégustation en cinq services. Mais d’abord, la question existentielle: désire-t-on un verre de champagne? La réponse va de soi, et c’est donc avec une coupe de Veuve-Cliquot pétillant joyeusement que l’on attaque le premier plat, une « inspiration du moment » qui mêlait, mercredi soir, foie gras et fromage dans une petite verrine.

Vient ensuite la betterave, onctueuse et savoureuse, recouverte d’un soupçon de wasabi qui vient en relever délicieusement le goût. Prendra-t-on un verre de vin pour faire suite au champagne, et surtout pour accompagner les plats à venir?

Et quels plats! Rarement s’est-on pris au jeu de fermer les yeux, quelques instants, histoire de se concentrer sur le goût de cet onctueux « potimarron » aux couleurs chatoyantes, et dont les morceaux de lard fumé ont pratiquement tendance à se dissoudre en bouche. Que dire, aussi, de cette pintade farcie aux cèpes accompagnée de haricots cocos, le tout accompagné de la célèbre purée de pommes de terres du chef Robuchon? Ou encore, de cette poire confite agrémentée de chocolat et de vanille Tahiti? L’ensemble flirte avec la portion copieuse, mais sans jamais tomber dans l’abus, ni dans l’exagération. On doit plutôt se faire quelque peu violence pour ne pas devoir reprendre son souffle, victime d’une surdose de (très) bonnes choses.

N’oublions pas non plus l’ensemble de petits pains maison, eux aussi délicieusement variés et diversifiés, à l’image du reste du menu.

L’expérience est également rehaussée par la vue qu’auront les gens installés au comptoir: l’équipe de la cuisine en pleine action, ainsi, en arrière-plan, que la nuit étoilée montréalaise. Idéal pour avoir envie de s’évader, le temps d’une escapade sur l’île Notre-Dame.

Voilà, justement, le seul point où l’expérience perd un peu de sa superbe: l’Atelier de Joël Robuchon est effectivement situé dans les bâtiments du casino de Montréal. Un lieu idéal pour éviter l’achalandage du centre-ville, sans doute, et pour attirer des clients internationaux venus tenter de faire fortune ou de dépenser leur argent, mais franchir, à l’aller et au retour, une zone remplie de machines clinquantes, criardes et aux lumières particulièrement agressives fait rapidement dégriser, et c’est bien dommage.

Pour les amateurs d’excellente cuisine, l’Atelier accueille encore les visiteurs de MTL à Table les 6, 12 et 13 novembre. À noter que le menu dégustation de cet événement pour deux convives, ainsi que deux verres de vin par personne, feront grimper la facture aux alentours de 400$, avec le pourboire. Combien est-on prêt à dépenser pour une expérience unique en son genre?


Autres contenus:

Le Curieux vino, le nouveau pari de Christian Bégin

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre