Deru, l’art de coopérer… et de rigoler

0

« À gauche! À droite! Attention! » Il suffit de s’installer confortablement devant l’écran d’ordinateur, la manette bien en main, pour que les exclamations commencent à fuser. Deru – The Art of Cooperation, un jeu de casse-têtes développé par Ink Kit mettra les méninges du joueur – et de son coéquipier ou sa coéquipière – à rude épreuve.

Deux triangles: l’un noir, l’autre blanc. Deux couleurs, noir et blanc encore,  mais cette fois mortelles pour le triangle de la même teinte. L’idée est simple: les deux joueurs doivent s’entraider pour parvenir aux deux emplacements déterminés représentant des portes de sortie du niveau, histoire de passer à la suite. Là où les choses se corsent, c’est dans l’exécution: trompez-vous de couleur, et la taille du triangle qui vous représente, l’indicateur de vos points de vie, diminuera comme peau de chagrin. La marge de manoeuvre est donc mince, et il faudra absolument s’attendre à recommencer certains niveaux une dizaine, voire une vingtaine de fois, surtout si le ou la partenaire est moins à l’aise avec une manette.

Cela étant dit, rien ne vaut le petit surplus d’adrénaline lorsque les deux joueurs sont sur le point de compléter un niveau particulièrement corsé, ou les exclamations impossible à contrôler lorsque l’on est victime d’un faux mouvement.

Les avatars des joueurs ont beau être contrôlés par des manettes – dans ce cas-ci, des manettes de Xbox 360 –, les développeurs ont intégré une certaine lenteur, une certaine langueur dans le déplacement des triangles. Il faudra donc prévoir ses mouvements quelques fractions de seconde à l’avance, sinon le parcours se terminera avec une désintégration et le retour à la case départ.

Côté visuel, Deru aura tout aussi pu s’intituler L’art de l’abstraction: le style graphique est particulièrement épuré. Aucun tutoriel n’est d’ailleurs offert en lançant une partie. Les joueurs découvrent rapidement qu’il est possible de faire bouger leur représentation sur l’écran, constatent qu’il faut éviter certains endroits et certaines couleurs, puis se lancent à l’aventure. Même chose côté musique, avec une trame sonore tenant davantage de la musique d’ambiance que des compositions recherchées, plus rythmées.

Deru – The Art of Cooperation évoque Portal 2 en mode coopératif, bien entendu sans tout l’univers d’Apperture Science et la complexité de la troisième dimension. Pour une quinzaine de dollars, toutefois, le titre est tout à fait indiqué pour une soirée entre amis ou en amoureux, que ce soit directement dans la même pièce ou en ligne.

Deru: The Art of Cooperation

Développeur / éditeur: Ink Kit

Plateformes: Windows, Nintendo Switch (testé sur Windows)

Jeu non disponible en français


Autres contenus:

FutureGrind, la vie en multicolore

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.

Répondre