« Foirée montréalaise », le party du temps des fêtes

0

Depuis maintenant quatre ans, autour du temps des Fêtes, la compagnie Urbi et Orbi convie le public du théâtre de La Licorne à la découverte ludique et joyeuse d’un secteur de la ville de Montréal.

Après les quartiers de Saint-Laurent, du Sud-Ouest et de Montréal-Nord, voici le Plateau Mont-Royal (là où se situe d’ailleurs le théâtre) qui est mis en vedette dans une soirée festive, musicale, poétique, amicale et on ne peut plus chaleureuse.

Foirée montréalaise est le spectacle qu’on attend en cette période de l’année où, faute d’avoir du soleil pour se réchauffer, on se « réchauffe à la chaleur humaine » comme le dit l’un des acteurs de la pièce. Une dizaine d’artistes, hommes et femmes, présentent leur quartier, celui dans lequel ils vivent vraiment ou dont ils se remémorent des anecdotes tendres ou croustillantes, mélancoliques ou comiques. Les acteurs, non seulement interprètent chacun leurs rôles, mais sont aussi capables de chanter, de danser, de jouer d’un instrument de musique, et de se faire conteurs de récits urbains qui n’ont rien à envier aux contes et légendes d’autrefois.

Le Plateau c’est bien sûr les bobos, les maudits Français, les Airbnb, les sens uniques, mais aussi le charme des boutiques, des friperies, des restaurants, des jolis parcs et des maisons colorées aux escaliers extérieurs biscornus. On apprend que la carte schématisée du Plateau, délimitée au sud par la rue Sherbrooke, à l’ouest par l’avenue du Parc et au nord puis à l’est par la voie ferrée ressemble à s’y méprendre à un piano à queue… le « piano Mont-Royal », où l’on rencontre d’ailleurs une exceptionnelle concentration d’artistes – musiciens, mais aussi peintres, écrivains, acteurs… – dont certains sont désormais célèbres dans le monde entier.

On entend des anecdotes relatives à des personnes ordinaires, souvent des anonymes du quartier mais qui ont été marquants pour les conteurs qui partagent avec le public leur mémoire. Certains expriment leur colère par rapport à certaines absurdités des lieux publica. On déplore l’augmentation des loyers, la métamorphose du quartier au fil du temps, on se chicane, mais on se réconcilie. Et pour mettre du rythme à la soirée, en intermèdes aux récits, des chansons parfois très comiques s’intercalent, comme ce chant de Noël adapté à la situation du réchauffement climatique « Pas de neige, Noël beige. Sous la pluie. Noël gris »…

Le public est mis à contribution pour participer à la lecture d’un poème ou s’exprimer sur ses impressions quant au quartier. Tout le monde a le sentiment d’être l’invité et le participant d’une belle fête collective. Et ainsi, Foirée montréalaise constitue désormais une tradition qu’on n’a pas envie de manquer, une soirée de fête où le spectateur se sent bien et en relation presque intime avec tous les autres spectateurs et bien sûr avec tous les artistes généreux et très talentueux.

Foirée montréalaise, édition du Plateau-Mont-Royal, du 4 au 21 décembre 2018 au théâtre La Licorne

Informations: https://theatrelalicorne.com/lic_pieces/foiree-montrealaise-4/


Autres contenus:

Souveraines, l’hymne au pouvoir féminin

Partagez

À propos du journaliste

Sophie Jama

Anthropologue, écrivaine, journaliste

Répondre