Navigation : stravinsky

Il y a de ces instants où l’on se dit que la musique transcende tout le reste; où l’interprétation d’un morceau est si parfaite, si juste, que l’on se prend à penser que la musique n’est plus une invention humaine, mais plutôt quelque chose d’intemporel, qui a toujours existé. Et mercredi soir, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) a offert l’un de ces moments.

Le sacre du printemps de Stravinsky est une de ces pièces exquises du répertoire classique qui ne cessera certainement pas de sitôt d’être jouée et rejouée – peut-être jusqu’à l’écœurement.