Navigation : richesse

FTA

L’argument est connu, mais pourtant, il frappe. Ou, plutôt, les arguments sont connus, mais leur impact est tout aussi dévastateur. Est-ce la faute de la pandémie? Est-ce la faute de l’actuel gouvernement? Ou est-ce plutôt que le point de rupture est atteint? Quoi qu’il en soit, Le virus et la proie, une oeuvre de Pierre Lefebvre et Benoît Vermeulen présentée dans le cadre de l’édition 2021 du Festival TransAmériques, fait mal. Mais mal dans le bon sens, si tant est que cela soit possible?

À chaque chose, malheur est bon? La pandémie de COVID-19 aura déclenché un débat international sur les priorités à adopter dans le contexte de la relance économique pour sortir de la crise. Ainsi, à travers les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, une bonne partie de la population réclame des transformations fondamentales des systèmes économiques, voire une refonte complète, selon une nouvelle étude du Pew Research Center.

Si ce qui se passe aux États-Unis s’avère représentatif des autres pays riches, les écarts de revenus pourraient être un autre obstacle à l’atteinte de l’immunité collective.

Si l’Union européenne a accompli des progrès importants pour atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions polluantes, ces baisses sont largement attribuables aux populations à faibles ou moyens revenus. Les Européens les plus riches, eux, ont pollué davantage, révèle un nouveau rapport de l’organisation Oxfam.

Le confinement n’a-t-il « servi à rien », comme plusieurs protestataires le proclament haut et fort? S’il a certainement aidé à aplatir la courbe de propagation de la COVID, il reste délicat de mesurer l’effet exact de chaque mesure. Le Détecteur de rumeurs examine les questions qui restent en suspens.

S’agit-il de perpétuer le mythe du self-made man? Ou plutôt de dénoncer un système qui est clairement et injustement structuré d’une façon telle que les riches s’avantagent entre eux, laissant les autres classes sociales dans la misère? Quoi qu’il en soit, un nouveau sondage réalisé par le Pew Research Center indique clairement que les Américains jugent que ce sont les circonstances, et non l’éthique de travail, qui créent les millionnaires et milliardaires de ce monde.

Vivre plus longtemps est le nouvel objectif des gens riches, d’après une enquête de UBS Investor Watch menée auprès de 5000 investisseurs de haut niveau en provenance d’Allemagne, de Hong Kong, d’Italie, du Mexique, de Singapour, de Suisse, de Taiwan, des États-Unis, du Royaume-Uni et des Émirats arabes unis, rapporte La Vanguardia le 21 avril.

Votre espérance de vie se réduit-elle avec votre porte-monnaie? C’est en substance la question posée par une étude publiée le 3 avril dans le journal de l’American Medical Association. Les données proviennent d’une cohorte américaine de 8714 personnes âgées de 51 ans et plus, et suivie bisannuellement pendant 20 ans. La conclusion: oui, une baisse soudaine du niveau de vie serait un facteur de mortalité.

Alors que le livre du comptable Pierre-Yves McSween En as-tu vraiment besoin? est un immense succès en librairie, le gouvernement vient à peine de décider que le cours d’éducation financière sera obligatoire pour les jeunes de secondaire 5.