Navigation : primaires

La victoire est indéniable: le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, a aisément remporté les caucus du Nevada, samedi, confirmant sa lancée entamée pratiquement depuis les débuts du processus électoral en vue de l’investiture démocrate. Ses adversaires – et surtout Joe Biden –, n’ont toutefois certainement pas dit leur dernier mot, et les attaques pourraient maintenant viser le politicien « socialiste ».

À un peu plus de deux semaines du premier test électoral pour les candidats à l’investiture démocrate pour la présidentielle de novembre prochain, tout peut encore arriver, mais il faudra que les candidats qui traînent de la patte derrière les deux favoris, l’ex-vice-président Joe Biden et le sénateur du Vermont Bernie Sanders, mettent les bouchées doubles, révèle une nouvelle analyse de The Economist.

Les candidats à la primaire de la gauche en France ont critiqué d’une seule voix, jeudi soir lors de leur troisième et dernier débat télévisé, le cavalier seul d’Emmanuel Macron, candidat hors primaire à l’élection présidentielle du printemps.

Le président français François Hollande a prononcé jeudi un discours de combat contre la droite accusée de vouloir abaisser la démocratie et liquider le modèle social français, donnant un signal clair de sa volonté d’être candidat en 2017 pour ne pas laisser l’image de la France s’altérer « lors des prochaines années ».

L’échappée d’Emmanuel Macron « jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire » est perçue comme la transgression de trop au gouvernement et à gauche, où l’on s’interroge sur le maintien paradoxal du ministre de l’Économie dans un « système » qu’il conteste.

Hillary Clinton dispose désormais d’un nombre suffisant de délégués pour obtenir l’investiture du parti démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre, selon le décompte de plusieurs médias américains, mais elle n’en jouera pas moins gros mardi lors du dernier « Super Tuesday » des primaires.