Navigation : grippe aviaire

« Des infections occasionnelles ne sont pas un problème : c’est le gain graduel de fonctions de ces virus » qui constitue le vrai problème, c’est-à-dire leur capacité, une mutation à la fois, à se transmettre plus facilement entre oiseaux. Ou, pire, entre humains.

Une lutte efficace contre les futures mutations de la grippe passe inévitablement par l’accumulation d’un maximum de connaissances sur les souches mutantes qui apparaissent ici et là. Or, la Chine se fait accuser de faire de la rétention d’information.

Une nouvelle variété de grippe aviaire, le H7N9, qui circulait en Chine depuis 2013, semble avoir atteint un degré élevé de virulence: 87 personnes en sont mortes entre le 1er janvier et la mi-février, davantage qu’à tout autre moment depuis la dernière pandémie de grippe, en 2013.