Navigation : feux

Les gigantesques feux de forêt et de broussailles de 2019 et 2020 en Australie, un événement surnommé « l’été noir », sont un « réveil draconien » démontrant les effets extrêmes des changements climatiques dans ce pays-continent, selon un groupe d’experts qui a publié une nouvelle étude se penchant sur les facteurs ayant provoqué cette catastrophe.

Une température de 38 degrés dans une ville de Sibérie le 20 juin. Et de 35 degrés le lendemain. On a beaucoup fait état de ces nouveaux records — 38 degrés représenterait un sommet, où que ce soit au-delà du cercle polaire arctique. Mais ces chiffres n’arrivent pas de nulle part.

De la suie, et pas n’importe quelle suie: celle qui provient de forêts qui brûlent à des milliers de kilomètres de là. C’est ce que des chercheurs ont mesuré à New York en août 2018, pendant des périodes  où la pollution de l’air était à un niveau inhabituel.