Navigation : dopage

Le système de dépistage imposé à la Russie dans la foulée de révélations à propos d’un problème majeur de dopage est inefficace et le pays doit faire partie du processus visant à combattre le problème, estime le président sortant du Comité olympique russe (COR).

La participation de la Russie aux Jeux olympiques de Rio n’était toujours pas déterminée, mardi, après que le Comité international olympique (CIO) eut fait savoir qu’il « explorerait les options juridiques » pour empêcher le pays de prendre part aux compétitions.

À moins de trois semaines des Jeux de Rio, le Comité international olympique (CIO) a promis lundi « les sanctions les plus dures » après la publication d’un rapport selon lequel Moscou a dissimulé les tests antidopage de sportifs russes dans de multiples disciplines avant les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014.

La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a annoncé vendredi le maintien de la suspension de la Fédération russe d’athlétisme (ARAF) pour les compétitions internationales, laissant la porte ouverte à la présence de certains athlètes russes aux Jeux olympiques de Rio au mois d’août.

Une délégation de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) se rend mercredi à Moscou avant de statuer sur la présence des athlètes russes aux JO de Rio, au lendemain des révélations de dopage de 14 Russes ayant participé aux JO-2008 de Pékin.

Trente et un athlètes inscrits dans six disciplines des Jeux olympiques de Pékin risquent de se voir interdits de participation aux JO de Rio de Janeiro en août après la décision du Comité international olympique de procéder à de nouveaux examens sur 454 échantillons prélevés lors des épreuves en 2008.

La Russie, plongée depuis l’automne dans les remous du dopage, a été confirmée par l’Agence mondiale antidopage (AMA) comme pays au coeur de la tricherie médicalisée dans le sport, avec le plus grand nombre de cas en 2014, devant l’Italie et l’Inde.

L’ancienne N.1 mondiale du tennis Maria Sharapova a annoncé lundi qu’elle avait fait l’objet, à l’Open d’Australie, d’un contrôle antidopage positif résultant de la prise d’un médicament, le meldonium, apparu en janvier 2016 sur la liste des produits prohibés et au coeur de plusieurs affaires retentissantes.