Navigation : brexit

Nouveau coup de théâtre au Royaume-Uni, alors que le vaudeville politique du Brexit s’est enrichi d’un nouveau revirement de situation, mardi: le député conservateur Philip Lee a quitté les rangs de son parti et joint ceux des libéraux-démocrates alors même que le premier ministre Boris Johnson prononçait un discours au Communes.

La Chine pourrait sortir grande gagnante d’un Brexit sans accord, révèle un rapport publié mardi par la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED). À l’opposé, les petites économies et l’espace européen souffriraient d’un tel divorce acrimonieux avec Londres.

Dépeint par la droite en volonté de l’extrême droite, le Brexit pourrait permettre à la gauche d’améliorer les conditions de vie de «l’ensemble» de la population britannique, explique le politiste de l’université de Cambridge, Chris Bickerton dans le Monde diplomatique de février.

À l’instar des Îles malouines au large de l’Argentine, le rocher de Gibraltar au sud de l’Espagne demeure un territoire éloigné et conquis par le Royaume-Uni. Sous un Brexit dur, l’Union européenne a accepté de considérer en «colonie» la superficie de moins de 7 km2 face au continent africain, rapporte El País le 1er février.

Ses armoires sont remplies de pâtes, de riz et de couscous – assez pour nourrir une famille de cinq pendant des semaines. Des plats en plastique débordent de médicaments, et dans le jardin de sa maison de quatre chambres, on trouve un réservoir de plusieurs centaines de litres d’eau.

Dans la foulée du Brexit, un sondage YouGov révèle que 43% des Britanniques pensent que l’Empire était une «bonne chose» et que 44% sont fiers du colonialisme. Remettant en question cette entreprise, l’article du professeur de science politique à la Portland State University de l’Oregon, Bruce Gilley publié dans le journal académique Third World Quarterly a fait réagir le milieu universitaire, rapporte le l’écrivain basé à Londres Kenan Malik dans le New York Review of Books du 26 janvier.

Les ministres des Affaires européennes hors Grande-Bretagne, réunis lundi à Bruxelles, ont convenu d‘accorder au Royaume-Uni une « période de transition » de 21 mois qui suivra le Brexit, programmé pour mars 2019.