Navigation : ankara

La Turquie et l’Irak ont haussé le ton mardi pour contester la validité du référendum d’indépendance organisé la veille au Kurdistan irakien, le gouvernement turc brandissant explicitement la menace d’une intervention armée pour étouffer cette initiative dont il redoute l’effet de contagion. 

La chancelière allemande Angela Merkel a haussé le ton lundi et demandé à la Turquie de cesser de prêter aux dirigeants allemands des « méthodes nazies », ajoutant que Berlin se réservait le droit d’interdire les interventions de responsables turcs sur le sol allemand.

Ankara a annoncé lundi soir une série de mesures de rétorsion visant les Pays-Bas, en vertu desquelles les rencontres bilatérales sont suspendues au niveau des ministres et des hauts dirigeants, et l’ambassadeur néerlandais, actuellement absent de Turquie, est déclaré indésirable.

Les autorités turques ont convoqué lundi le chargé d’affaires de l’ambassade des Pays-Bas à Ankara pour lui remettre officiellement une plainte relative au comportement de la police néerlandaise ce weekend à Rotterdam, a-t-on appris auprès de responsables du ministère des Affaires étrangères.

L’Union européenne a fermement appelé mardi le pouvoir turc à renouer le dialogue avec l’opposition et à sauvegarder la démocratie, qualifiant d' »extrêmement préoccupants » les derniers événements survenus dans le pays.

Le prédicateur musulman en exil Fethullah Gülen, que les autorités turques accusent d’avoir orchestré la tentative de putsch du 15 juillet, déclare dans une interview à l’hebdomadaire allemand Die Zeit être sûr et certain que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est le véritable responsable du putsch.