Navigation : amérique du nord

Il y a moins d’oxygène qu’il y a 40 ans, dans des centaines de lacs des États-Unis et d’Europe. Les causes sont multiples, mais les risques sont faciles à identifier: moins de poissons, plus d’algues et plus d’émissions de méthane.

« De tout temps, les hommes ont détruit les écosystèmes qui les entourent. » C’est sûrement vrai en beaucoup d’endroits, mais pas en Illinois il y a près de 1000 ans: une archéologue réfute l’hypothèse selon laquelle la déforestation aurait causé la chute de Cahokia, une cité jadis florissante.

À chaque chose, malheur est bon? La pandémie de COVID-19 aura déclenché un débat international sur les priorités à adopter dans le contexte de la relance économique pour sortir de la crise. Ainsi, à travers les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, une bonne partie de la population réclame des transformations fondamentales des systèmes économiques, voire une refonte complète, selon une nouvelle étude du Pew Research Center.

Des deux côtés de l’Atlantique, les États-Unis, la France, la Suède et d’autres pays, font face à la même situation: une deuxième vague qui frappe plus fort que la première, avec encore plus de cas qu’au printemps et ce, plus tôt dans la saison froide que ce qui avait été prévu — faisant craindre que le pire soit encore à venir.

De moteur de croissance à création maintenue en vie au prix de très importants efforts: la pandémie de COVID-19 aura réussi, en quelques mois à peine, à complètement chambouler la perception des économies nationales de 14 pays répartis un peu partout dans le monde, révèle une récente enquête du Pew Research Center. Ainsi, seuls 31% des adultes sondés estiment que la situation économique est bonne, actuellement, contre 68% qui pensent le contraire.

La pandémie de COVID-19 provoque déjà un rebrassage des cartes géopolitiques, et accentuera la rivalité entre les grandes puissances, en plus d’accélérer le « transfert » de l’influence occidentale vers l’Orient. Voilà le constat des experts mandatés par le magazine The Economist, dans une analyse publiée cette semaine.