Traîner de la monnaie dans ses poches… durant l’Âge du bronze

0

Comment les habitants de l’Âge du bronze géraient-ils leurs finances avant que le concept d’argent ne se répande? Des chercheurs des Universités de Göttingen et de Rome ont découvert que des retailles de bronze découvertes en grandes quantités, en Europe, servaient de devises.

Ces morceaux de métal, qui auraient pu provenir d’épées, de haches et de bijoux, servaient d’argent vers la fin de l’Âge du bronze (entre les années 1350 et 800 avant notre ère), et respectaient en fait un système de poids qui était utilisé à travers l’Europe.

Les travaux des chercheurs suggèrent que quelque chose de très similaire à notre « marché mondial » a évolué à travers l’ouest de l’Eurasie, à partir de l’utilisation quotidienne de retailles de métal par des gens ordinaires, quelque 1000 ans avant le début des civilisations classiques.

Les résultats sont publiés dans Journal of Archeological Science.

Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont a analysé environ 2500 objets en métal provenant de milliers de piles de fragments provenant de la fin de l’Âge du bronze qui ont été déterrés en Europe Centrale et en Italie. Les chercheurs ont utilisé un technique statistique permettant de déterminer si un échantillon de mesures est imputable à un système sous-jacent.

Cette technique peut détecter, par exemple, si les objets analysés sont des multiples d’une unité de poids. Selon l’analyse, les objets en métal ont été fragmentés de façon intentionnelle pour respecter des poids déterminés.

L’analyse confirme aussi que les unités de poids qui régulaient la masse des métaux étaient répandues à travers l’Europe de l’époque. Les chercheurs en concluent que ces retailles de métal servaient de monnaie, et que la fragmentation des objets en bronze visait à obtenir des « petites coupures », ou de la monnaie.

Durant la préhistoire, les échanges commerciaux sont généralement imaginés comme étant un système primitif qui s’appuyait sur le troc et l’échange de cadeaux, l’argent apparaissant comme une sorte d’étape évolutive à un moment spécifique de la création des sociétés étatiques occidentales.

La nouvelle étude remet cette notion en question en introduisant le concept voulant que l’argent était une convention commençant par la base de la population pour progresser vers les dirigeants de la société, plutôt que l’inverse.

Dans l’ouest de l’Eurasie, l’argent de l’Âge du bronze apparait dans un contexte sociopolitique dans le cadre duquel les institutions publiques n’existaient pas, comme cela était le cas en Europe, ou n’étaient pas intéressées à implanter une politique monétaire (comme en Mésopotamie). En fait, l’argent était largement répandu et utilisé quotidiennement par toutes les tranches de la population.

La généralisation de l’utilisation des retailles métalliques comme monnaie s’est produite au moment où se formait un marché global dans l’ouest de l’Eurasie. « Il n’y avait rien de « primitif » à propos de l’argent avant l’apparition de la monnaie, puisque cet argent avant la monnaie avait la même utilité que la monnaie contemporaine », explique le Dr Nicola Ialongo, de l’Université de Göttigen.

Toujours selon lui, « le fait d’utiliser ces retailles métalliques n’était pas un développement inattendu, et il est probable que des biens périssables ont été utilisés comme monnaie bien avant la découverte de la métallurgie, mais le vrai point tournant fut l’invention de la technologie de pesée des métaux, au Moyen-Orient, vers 3000 ans avant notre ère. Cela a permis, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de disposer des moyens objectifs permettant de quantifier la valeur économique des biens et des services. Ou, dans d’autres termes, de leur assigner un prix. »

Partagez

À propos du journaliste

Répondre