Ace Combat 7 revisité: duels dans des cieux inconnus

0

Il y a combats aériens, et il y a combats aériens mettant en scène des dizaines d’appareils ennemis, des chars et des lance-missiles au sol, le tout se déroulant dans une vallée encaissée, par jour de tempête. Après avoir allumé à fond la manette des gaz et donné une nouvelle chance à Ace Combat 7: Skies Unknown, force est d’admettre que le titre est plus solide qu’estimé au départ.

C’est la guerre! Le royaume d’Erusea et la République d’Osea s’affrontent sur le continent d’Usea, apparemment pour le contrôle d’un ascenseur spatial. Vous n’y comprenez pas grand-chose? Nous non plus! Qu’à cela ne tienne, il est temps d’embarquer dans un cockpit et de livrer bataille dans les airs. Résolument orienté arcade, le septième titre de la série développée par Bandai Namco propose des affrontements qui sont généralement particulièrement excitants, avec revirements de situation à la clé et, parfois, des moments qui frôlent la panique.

Difficile d’imaginer situation plus tendue, en effet, que de donner la chasse à un as ennemi, qui pilote un avion particulièrement manoeuvrable, pendant que vous slalomez entre des pitons rocheux, tout en tentant d’échapper à des éclairs en pleine tempête. En plus d’éviter les missiles de votre adversaire et les tirs des batteries au sol, bien sûr.

Manette en main (décidément plus pratique qu’une combinaison clavier/souris, dans ce contexte), le joueur s’amusera franchement à travers les divers environnements, même s’il pourra s’avérer frustrant, dans certains cas, de devoir accomplir des objectifs de façon frénétique, en raison d’un temps très limité. La mission pour abattre une gigantesque aile porteuse pouvant lancer des dizaines de drones vient ainsi en tête: après avoir épuisé presque tous ses missiles contre ces drones, justement, il lui faudra détruire les deux propulseurs principaux de ladite aile en moins de quelques minutes. Ce qui implique, d’abord, de réussir à sélectionner les cibles correctement, à travers un océan d’options qui vont parfois se superposer.

Autrement, le scénario d’Ace Combat 7 a cela de particulier qu’il met en vedette quantité de personnages secondaires, notamment dans des scènes vidéo très joliment produites, mais passe largement sous silence le protagoniste incarné par le joueur. S’agit-il d’une décision pour permettre au pilote en nous de mieux « s’intégrer » dans le jeu, plutôt que de devoir nous « adapter » à un ou une pilote prédéfinie, en quelque sorte? Quoi qu’il en soit, le choix surprend.

Cela étant dit, Ace Combat 7 est un jeu tout à fait divertissant, bien loin des exigences des combats ou des séances de vol dans des simulateurs réalistes, ou même dans Elite: Dangerous, par exemple. Ici, les forces G ne semblent pas vraiment exister, et si les conditions météorologiques ou encore la puissance des moteurs vont bien entendu avoir leur rôle à jouer dans les combats, parfois même de façon très importante, pas besoin de garder un manuel aux allures de bottin téléphonique près de soi.

À ajouter à sa bibliothèque de jeux, donc, ne serait-ce que pour se détendre. Ou pour piloter un F-15 et pousser les réacteurs au maximum en emportant plusieurs dizaines de missiles dans les airs. Après tout, ce n’est pas demain la veille qu’une telle opportunité va se reproduire…

Ace Combat 7: Skies Unknown

Développeur: Project Aces

Éditeur: Bandai Namco

Plateformes: Windows, PlayStation 4, Xbox One (testé sur Windows/Steam)

Interface et sous-titres offerts en français

Vous souhaitez essayer le jeu? Achetez-le sur Humble Bundle.

Abonnez-vous à l’infolettre!

Encouragez Pieuvre.ca


Autres contenus:

Pacman et préjugés #03: le Metaverse d’Epic, Knight Squad 2 et Simulacra

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre