Les éoliennes, de grandes tueuses d’oiseaux? Faux

0

L’idée que les éoliennes soient de grandes tueuses d’oiseaux revient de façon récurrente depuis des années. On l’a même entendue de la bouche de l’ancien président Trump, lors de son débat télévisé avec Joe Biden. Alors que l’été approche, le Détecteur de rumeurs a voulu vérifier ce qu’il en était.

Selon le US Fish and Wildlife Service, les éoliennes tuent effectivement, en moyenne, 230 000 oiseaux par année aux États-Unis. Ça représente environ 1 décès sur 14 200 morts « accidentelles » d’oiseaux —ou un sur 8600, si on exclut les oiseaux tués par les chats.

Si les turbines sont une menace pour les oiseaux, elles n’en sont donc pas la plus grande. Selon l’agence américaine, les premiers tueurs d’oiseaux, parmi les objets construits par l’humain, restent de loin les fenêtres en verre. Celles des bâtiments sont en effet responsables d’environ 599 millions de décès d’oiseaux par an. Les véhicules suivent avec environ 215 millions, et le poison avec environ 72 millions.

Mais surtout, la responsabilité humaine n’obtient pas la palme: loin devant, les plus grands tueurs d’oiseaux, ce sont les chats, avec une moyenne estimée à 2,4 milliards de décès par an. Autrement dit, près de 3 oiseaux morts sur 4, aux États-Unis, sont victimes des félins.

Eoliennes-Décès-Gaphique

Cette estimation sur les chats provient d’une étude parue dans la revue Nature en 2013, et elle a fait beaucoup jaser depuis, tant elle pointe un doigt accusateur vers nos amis à quatre pattes. Les auteurs se sont en effet penchés sur l’impact des chats domestiques (ce qui inclut les chats errants) sur la faune aux États-Unis. Selon la revue systématique de la littérature scientifique qu’ils ont effectuée, les félins tueraient entre 1,3 et 3,7 milliards d’oiseaux chaque année, la médiane étant de 2,4 milliards.

Les auteurs notent que parmi tous les chats domestiques, ceux qui causent le plus de dommages sont les chats revenus à l’état sauvage, après un abandon par exemple. Ils seraient responsable d’environ 70% des décès d’oiseaux.

Et au Canada

Des chercheurs d’Environnement Canada sont arrivés en 2013 à des constats similaires, évaluant que les activités humaines tuent environ 269 millions d’oiseaux chaque année. La majorité des décès (70% ou 196 millions) seraient causés par les chats, sauvages et de compagnie, et la quasi-totalité du reste (25%), par les collisions avec les fenêtres de bâtiments, les véhicules et les lignes électriques.

Les éoliennes sont aussi citées dans cette étude : elles seraient responsables de la mort d’environ 16 700 volatiles. Soit 1 décès accidentel d’oiseau sur 16 000.

Les chats: un fléau pas seulement pour les oiseaux

Il faut savoir que les félins tuent aussi de nombreux mammifères et reptiles. On a pu davantage en prendre la mesure là où ils ne faisaient pas partie de la faune locale. Une étude parue en 2011 dans Global Change Biology, portant sur les îles où des chats avaient été introduits au fil des siècles, a conclu qu’ils y étaient responsables d’au moins 14% des extinctions mondiales d’oiseaux, de mammifères et de reptiles et qu’ils constituaient la principale menace pour près de 8% des oiseaux, mammifères et reptiles en voie d’extinction.

En Australie, le gouvernement prend la menace au sérieux et ses moyens de lutte contre les 2 à 6 millions de chats sauvages que compte son territoire incluent le piégeage, le tir, ou le parachutage de saucisses empoisonnées.

Abonnez-vous à l’infolettre!

Encouragez Pieuvre.ca


Autres contenus:

Les malheurs du Gulf Stream

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse

Répondre