Late Shift, l’aventure à haut risque

0

Si son lancement sur la plateforme Netflix a permis d’en maximiser la visibilité, Bandersnatch n’était certainement pas la première aventure dont le spectateur pouvait choisir les embranchements, ni même la première histoire « dont vous êtes le héros » publiée en format numérique. Late Shift, un « thriller FMV » britannique sorti en 2017, avait déjà débroussaillé le terrain dans un jeu vidéo ambitieux, mais inégal.

Préposé de nuit dans un stationnement souterrain pour Londoniens riches et leurs voitures de luxe, Matt prévoyait consacrer les longues heures de son quart de travail à étudier. Le voilà pourtant qui est enrôlé de force dans un vol particulièrement audacieux: il s’agit de dérober un objet hautement symbolique au nez et à la barbe d’une famille chinoise particulièrement puissante.

La structure est connue aux amateurs du genre: à certains moments du scénario, le joueur doit prendre une décision qui aura (ou non) une influence sur le reste de l’histoire. La séquence vidéo correspondante sera alors présentée, et ainsi de suite, jusqu’à l’une des sept conclusions proposées par les développeurs du studio CtrlMovie.

Si la qualité du scénario est importante dans la plupart des jeux, elle est ici essentielle, puisque à l’exception d’un clic de la souris ici et là, le joueur est en fait cinéphile, installé devant un film quelque peu convenu où l’on reproduit un peu trop souvent les clichés du genre. Ajoutez à cela une interprétation qui fait habituellement défaut, et Late Shift est une bien pauvre substitution à Firewatch, par exemple, où le jeu incroyable des deux acteurs avaient fait de ce titre un incontournable en matière de script.

Ceci étant dit, il ne faut pas agir trop promptement et annoncer la mort de Late Shift de façon inopinée. Le jeu est-il digne des plus grands films hollywoodiens? Certainement pas. Mais bien des films à grand budget comportent des scénarios ou des acteurs médiocres, quand il ne s’agit pas d’un mélange des deux. Avec cette aventure dans les bas-fonds londoniens, on a assurément affaire à une équipe qui a des moyens, certes, mais des moyens limités. Netflix, avec sa déclinaison quelque peu champ gauche de la plus récente saison de Black Mirror, disposait certainement de poches plus profondes. De plus, on a ici affaire à non pas cinq fins distinctes, à la Bandersnatch, mais sept conclusions scénaristiques. Sont-elles si différentes les unes des autres? À l’image de l’opus de Netflix – oui, les références à Bandersnatch sont nombreuses. Les jeux d’aventure dont vous êtes le héros en version numérique ne sont pas légion, après tout –, on a quelque peu perdu intérêt après avoir complété l’aventure après une heure ou deux. En ce sens, il aurait été intéressant de pouvoir revenir en arrière pour sélectionner d’autres choix scénaristiques, sans toutefois devoir reprendre du début.

Doit-on s’aventurer dans la nuit londonienne de Late Shift? Pour quelques dollars, l’expérience vaut le coup, ne serait-ce que parce ce type de titre est si niché qu’il en est pratiquement inexistant. Plutôt que d’abattre un énième démon ou méchant générique, fusionner les genres et s’adonner au cinéma interactif vaut certainement une heure ou deux de son temps.

Late Shift

Développeur: CtrlMovie

Éditeur: Wales Interactive

Plateforme: Windows, Mac OS (testé sur Windows – Steam)

Jeu disponible en français (texte à l’écran)


Autres contenus:

RIOT: Civil Unrest – Une émeute dans ton salon

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre